Orwell - L'archipel, île par île

25/04/2005, par Guillaume Sautereau | Track by track |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Les avancées
Un drôle de morceau... J'avoue ne pas bien savoir moi-même où nous allions. L'idée : juxtaposer des éléments sonores un peu désuets (boîte à rythmes, clavier analogique) et un certain modernisme dans la forme, pour habiller une chanson à l'écriture plutôt classique. Son aspect inclassable est renforcé par les chœurs malins de Hugo, auteur il y a quelque temps d'un album qui nous a beaucoup plu. Cette chanson fut un casse-tête à mixer. Yann Arnaud - aux manettes - faisait la moue : "Que m'ont-ils mis là-dedans ? Une boîte au son tout pourri, une batterie ingérable, deux basses, du hautbois..." Finalement, il s'en est plutôt bien sorti, mais il a fallu plusieurs tentatives.

table de mixage | Orwell


Here and There
Les musiciens français du moment ont pour habitude d'y aller de leur petit duo avec une actrice. Comme il ne restait plus que Charlotte de Turkheim sur le marché, nous avons préféré solliciter un héros méconnu, l'auteur de "Everybody's Got to Learn Sometimes", l'une des dix plus belles chansons du monde. En plus, la voix d'éternel adolescent de James Warren n'a pas bougé. Je ne sais pas si autant de couples adolescents se rouleront des pelles sur "Here and There" que sur le mythique slow des Korgis, mais la satisfaction d'entendre la voix de James Warren sur l'un de nos titres est suffisante.

Monorail
Je profite de cet espace pour m'expliquer sur cette chanson, dont les paroles ont laissé perplexes quelques uns de mes amis et collaborateurs. L'idée d'un monorail qui symboliserait le pacte d'un destin commun entre deux copains, inapplicable sur le long terme. Référence à l'enfance donc, celle des aventures formidables, des véhicules improbables fabriqués à partir de troncs d'arbres et de vieilles carcasses. Celle aussi d'un temps naïf où l'on ne se demande pas pourquoi on est ami avec quelqu'un.

Sans le savoir
Un morceau qui porte bien son titre, puisque j'ai toujours du mal à en expliquer le sens. J'ai écrit ce texte selon une méthode un peu aléatoire et ludique. A l'instar des "Avancées", "Sans le savoir" est difficile à définir, ballade rétro classique ? Pop post-moderne ? Qui sait ?

La remise
Une respiration. Guitare, voix et quelques arrangements discrets. Yann Arnaud a mixé cette chanson tout seul, puisqu'à ce stade du travail le niveau de confiance maximal fut atteint. Signalons au passage le grand talent de cet ingénieur ingénieux.

L'archipel
Sans donner dans l'autosatisfaction débordante, je dois avouer que je suis assez fier de la façon dont s'entremêlent les boucles de cordes et de trombone (joué avec subtilité par notre deuxième Alexandre) dans le finale de ce titre un rien solennel. L'archipel est selon moi un morceau important du disque. Nous étions même quelques uns à vouloir le placer en plage numéro un. Après réflexion (et argumentation de Frédérique, notre intraitable manageuse), difficile de terminer l'album autrement, mais ça m'ennuierait qu'un auditeur n'aille pas jusque-là. Toutefois, si vous êtes parvenus à me lire jusqu'ici, il n'y a pas de raisons...

Jérôme Didelot
Orwell

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals