Gram Parsons - Another side of this life -Lost recordings 1965-1966

07/02/2001, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

GRAM PARSONS - Another side of this life - Lost recordings 1965-1966
(Sundazed music/import) - acheter ce disque

GRAM PARSONSPour ceux qui l'ignoreraient encore, Gram Parsons fût l'une des nombreuses comètes qui embrasèrent la musique populaire américaine entre 1968 et 1973 et peut-être la plus brillante de toutes. Il fit partie des Byrds, avec lesquels il produisit le solaire "Sweethearts of the Rodeo ", fonda ensuite les Flying Burrito Brothers le temps d'un disque charnière "The Gilded palace of Sin" et acheva sa carrière (et sa vie) en enregistrant deux albums solos à dominante country, "GP" et "Grievous Angel", candidats déclarés au titre de compagnon idéal pour l'île déserte. Charismatique et fragile, compositeur doué et interprète bouleversant, Gram Parsons a laissé plus qu'une marque ; il rayonne encore.
Ces 18 chansons inédites, qu'il interprète seul à la guitare, furent enregistrées entre mars 1965 et décembre 1966. A l'époque, le jeune homme (il n'a pas 20 ans) étudiait le jour la théologie à Harvard et hantait la nuit les clubs de Greenwich Village à New York où il découvrit la musique folk et le LSD. L'inspiration d'ailleurs est résolument folk, avec 13 reprises, pour la plupart des classiques du genre écrits par Fred Neil,
Buffy Sainte-Marie ou Tom Paxton. Les admirateurs retrouveront également avec jubilation des morceaux originaux que Gram réenregistrera plus tard avec son premier groupe l'International Submarine Band (magnifique version de "November Nights"), les Byrds ("Reputation" en fait une reprise de Tim Hardin) ou en solo ("Brass Buttons").
D'un intérêt historique indiscutable, ce disque n'est pourtant pas réservé aux érudits vieillissants qui soufflent la poussière sur les pochettes de leurs vinyles vintage. La voix frêle et douloureuse de Gram Parsons fait encore frissonner, son sens de la composition est déjà affirmé (voir le limpide "Zah's Blues") et sa capacité à se réapproprier des standards ou des phrases musicales qui sonneraient cliché chez n'importe qui d'autre force toujours l'admiration. Un disque idéal pour découvrir les premières armes d'un artiste dont les oeuvres suivantes prouvent qu'il conserve son influence sur les grands songwriters qui ont suivi sa piste.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog