Patrick Watson - Interview

22/03/2010, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

PATRICK WATSON

Justement, qu'est-ce que vous aimeriez avoir comme musique sur une île déserte ?
Patrick : Sur une île tropicale ?
Pourquoi pas...
(Patrick commence à chanter les Beach Boys, tout le monde y va de sa suggestion, pour conclure que c'est une question impossible... On reprend le fil de l'interview)

On a parlé d'arrangements, de travail en studio. Mais sur scène, comment vous gérez ça ? Vous vous autorisez à prendre des directions surprenantes ?
Robbie : On essaie de se garder une grosse marge, parce qu'on aime tous improviser. C'est important aussi pour garder une certaine fraîcheur, parce quand tu joues 100-150 shows dans une année, tu as envie de changements. C'est bien pour nous, donc, mais aussi pour le public.

Vous passez très rapidement du français à l'anglais, naturellement. Vous avez déjà composé une chanson en français ?
Patrick : Si, j'en ai écrit une, pour le film "Mères et filles", avec Catherine Deneuve.

Votre tout premier disque, "Just Another Ordinary Day" ressort au Québec. Est-ce qu'il va ressortir en France ?
Je ne sais vraiment pas. C'est marrant, parce que j'ai vu que sur eBay, le premier tirage se vendait parfois dans les 80 $, ce qui fait qu'on pourrait peut-être être riche (rires).

Comment vous nous le présenteriez, à nous qui ne le connaissons pas ?
Je pense qu'on n'était pas "fini" en tant que groupe, on était encore en construction. On n'avait pas trouvé notre son, c'est arrivé sur "Close to Paradise". Bien sûr, il y a des trucs fun sur "Just Another Ordinary Day", mais je n'en suis pas totalement fier.
Mishka : C'est comme une transition, entre Pat et le groupe.
Robbie : Ce ne serait pas plus instrumental ?
Patrick : Oui
Robbie : Voilà, en fait, Pat n'a commencé à chanter des paroles réellement que sur "Close to Paradise".

Vous avez quelques musiciens qui ont participé au disque. Comment les avez-vous rencontrés ?
Patrick : Oh, ce sont des amis.
Mishka : C'est une petite ville, finalement, Montréal.
Patrick : Il y a beaucoup d'échanges, parce que tout le monde fait quelque chose de différent là-bas. Il n'y a pas de concurrence, tout le monde est curieux de ce que fait l'autre, et donc il y a une émulation, des participations... Lhasa, je l'ai aidée pour son disque, elle est venue chanter sur le nôtre, c'est très naturel.
Robbie : On est aussi très amis avec Karkwa (autre groupe québécois) : une fois, on a même fait un "Karkwatson" !

Et avez-vous tourné un peu aux Etats-Unis ?
Robbie : On jouait pas mal à New York au début, puis là, pour ce disque, on a fait la côte Ouest, avant de repasser à New York. Mais une vraie tournée aux Etats-Unis est en projet, vers le printemps.

Donc à priori, pas de travail sur un nouveau disque avant un moment ?
Non, en effet.

En tournée, vous arrivez à vous occuper ?
Patrick : En fait, tu passes tellement de temps à attendre, que des fois, tu tues le temps en faisant des niaiseries (nda : effectivement, Patrick a passé pas mal de temps sur son iPod Touch). Mais le public est bien présent, on est agréablement surpris, c'est le fun. C'est pas la première fois qu'on tourne en France, donc ça commence à prendre. C'est chouette (sourire).

Propos recueillis par Mickaël Choisi
Merci à Benjamin et David-Emmanuel.
Photos : Brigitte Henry


A lire également, sur Patrick Watson :
la chronique de "Wooden Arms" (2009)
la chronique de "Close to Paradise " (2007)

 



les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals