The Pernice Brothers - The World Won't End

11/07/2001, par Guillaume Sautereau | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE PERNICE BROTHERS - The World Won't End
(Southpaw / PIAS)

THE PERNICE BROTHERS - The World Won't EndRésumé des épisodes précédents : Joe Pernice apparait en 1996, comme chanteur des Scud Mountain Boys avec l'album "Massachussets". Quelques titres d'excellente facture, une voix ensorceleuse. Note pour plus tard : à suivre. En 1998, Joe revient sous le nom de Pernice Brothers, avec "Overcome By Happiness". Grand disque de songwriting lumineux, dans la lignée du "September Gurls" de Big Star, cet album permet à Joe de s'attacher l'encombrante étiquette de "songwriter de génie" (bien sûr, tout le monde s'en fout). Et de cours de rattrappage ("The Early Years", double album compilatoire des Scud Mountain Boys qu'on trouve au compte-goutte en France) en escapades sous de nouvelles identités (Big Tobacco, Chappaquiddick Skyline), tout le monde continue à s'en moquer et on se prend même parfois à faire la fine bouche, car même si ces disques contiennent leur lot de merveilles, amplement, le père Joe se livre parfois à quelques facilités d'écriture et à un poil d'auto-apitoiement ("I hate my life", pas commode la vie). L'écoute de ces disques reste toutefois vivement conseillée à tous les fans de Badly Drawn Boy (il y a quelque chose à deviner, je ne vous dis pas quoi).
Sous la bannière Pernice Brothers, Joe revient donc en grande forme. Il ne faut peut-être pas attendre de sa part d'étincelles immédiatement convaincantes (quoi qu'un titre comme "Flaming Wreck" se révèle d'emblée terriblement efficace), mais prendre le temps de laisser infuser ces titres, de les apprivoiser, de laisser cette alchimie entre mélodies rayonnantes, inimitable voix doucereuse et production limpide s'opérer. A part peut-être un titre trop moyen ("Let That Show"), cet album terriblement homogène (parfois trop, selon l'humeur du jour) enchante, pénètre en douceur dans le subconscient et s'y accroche sans coup férir, achevant de convaincre que ce garçon d'une autre époque détient bien tout un chapitre du grimoire de magicien pop qu'on a tendance parfois à croire obsolète. Puisse-t-il ne pas s'endormir dessus.

Guillaume

Working Girls (Sunlight Shines)
7.30
Our Time Has Passed
She Heightened Everything
Bryte Side
Let That Show
Shaken Baby
Flaming Wreck
The Ballad of Bjorn Borg
Endless Supply
Cronulla Breakdown

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews