Phosphorescent - Interview

27/10/2010, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

PHOSPHORESCENT

Auteur d'un très bel album cet année ("Here's to Taking It Easy"), Matthew Houck a accepté de revenir un peu plus sur ce bien bel album, juste avant de livrer une belle prestation avec Deer Tick pour le festival Eldorado.

Phosphorescent


C'est le premier album que tu enregistres avec ce groupe. Tu peux nous le présenter ?
Ce sont des musiciens que j'ai rencontrés au fil des années, et qui jouaient dans diverses formations live que j'ai eues pour Phosphorescent. Ils sont incroyables, vraiment de très haut niveau. Ils sont un peu à Phosphorescent ce qu'étaient le Crazy Horse à Neil Young ou The Band à Dylan.


Comment as-tu enregistré "Here's to Taking It Easy" ? Est-ce qu'enregistrer avec ton groupe a changé ta façon d'écrire, ou leur as-tu présenté les chansons une fois entièrement écrites ?
J'écris toujours seul les chansons. Mais cette fois-ci, et pour la première fois, j'étais parfaitement concient en les écrivant de ce que le groupe pouvait leur apporter.


Que signifie le titre de l'album ? Est-ce un conseil pour les auditeurs ? Pour toi-même, ou alors l'état d'esprit quand tu as commencé à écrire le disque ?
C'est tout ça à la fois ! C'était au départ un pense-bête pour moi pendant l'écriture et l'enregistrement, et ça s'est transformé en un clin d'oeil pour ceux qui allaient écouter le disque.


Le groupe qui t'accompagne a pris de l'importance, comment est-ce arrivé ? T'ont-ils sollicité pour enregistrer avec toi, ou as-tu pensé qu'ils pouvaient amener ta musique à un niveau supérieur ?
Comme je disais, ils sont articulièrement doués en tant que musicien, alors je savais qu'ils étaient capables de faire face à tout ce que je leur proposais. Je pouvais mettre la barre très haut, tout en sachant qu'ils pouvaient réponse à mes attentes.

Phosphorescent


Le disque est vraiment varié, dans les atmosphères et ce qu'il véhicule. Etait-ce quelque chose de prémédité ? Avais-tu une appréhension avant de commencer à écrire ?
Je réfléchis à mon travail en termes d'album. Je fais très attention au felling général du dsque, par exemple dans la progression d'une chanson à une autre, ou alors l'arc du disque entre son début et sa fin. Donc oui, les variations dans les atmosphères et les tonalités des chansons est tout à fait quelque chose de choisi.


J'ai aussi le sentiment que c'est un disque plus "joyeux" que "Pride", comme si tu étais plus apaisé, plus confiant dans ta musique. Est-ce que tu es d'accord avec ça ?
Je suppose que ça peut être vrai, mais j'ai aussi consciemment arrangé ces chansons dans une forme plus brillante, plus "facile" à appréhender. cela pourrait être une des principales thématiques du disque, d'ailleurs. Si tu possèdes une copie physique du disque (ndr : ah ben non, zut alors...), tu peux voir que l'artwork que j'ai créé pour le disque est prévu pour rendre cette idée plus explicite. Tout comme l'est le titre intégral du disque, qui est "Here's To Taking It Easy (Tho The Jaws Of This World Wish Only To Grab Hold Of Your Sweet Ass)" (soit, à peu de choses près : "Comment ne pas se faire de bile (bien que les mâchoires de ce monde ne désirent qu'une chose, se saisir de ton doux cul)").


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews