Pinback - Autumn of the Seraphs

19/09/2007, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

PINBACK - Autumn Of The Seraphs
(Touch and Go / Parlophone) [site] - acheter ce disque

PINBACK - Autumn Of The Seraphs Dieu que cette pochette (digne d'un obscur groupe de métal finlandais) est laide et effrayante ! Mais, rassurons nous, le duo de San Diego ne nous offre pas, pour son quatrième album, une musique à l'image de sa devanture. Il est vrai que Crow et Smith nous avaient habitué à une posologie de cet acabit (de plus Goblin Cock, un des nombreux projets de Rob Crow, se rapproche nettement de ce mouvement musical), utilisant déjà des noms bibliques pour son précédent album ("Summer in Abbadon"). L'indie popeux se rassurera à l'écoute de cet album : Pinback est toujours Pinback. Difficile de dire si c'est meilleur ou non, c'est tout bonnement pareil donc finalement aussi génial.
Mais voilà peut être le seul défaut de cet album : c'est du 100% Pinback. "Autumn of the Seraphs" reprend comme d'habitudes les ficelles du son Pinback : entrelacements des voix, rythmiques binaires, jeux de guitare agressif et doux à la fois, basse imposante... tout cela agrémenté et sublimé par des claviers soit moteurs de la mélodie, soit juste en soutien. Ce qui confirme aussi que Pinback a sa pâte, un style immédiatement reconnaissable (un vrai luxe de nos jours). Certains reprocheront peut-être alors aux Américains l'impression que les titres de chaque album sont interchangeables. La construction des morceaux est, il est vrai, toujours un peu identique. Toutefois Pinback change un peu la donne avec le dernier titre "Off By 50", d'un lyrisme et d'une grandiloquence peu commune aux œuvres de Crow et Smith. On remarquera aussi que "Autumn of the Seraphs" se situe plus dans la continuité de "Offcell" (qui est pour l'instant le point d'orgue de leur discographie) que des premiers albums. Le débit est plus rapide, plus fort, plus impressionnant alors que les premiers albums resplendissaient plutôt par leur côté hypnotique et attendrissant.
Plus fouillé mais moins poignant que "This a Pinback Cd", plus diversifié que "Blue Screen Life", ce quatrième opus ne fera pas tache dans la discographie des Américains. Ces derniers nous offrent sans nul doute un de leurs meilleurs albums, mais il faut le dire, le charme est un peu retombé.

Vincent Le Doeuff

Lire les chroniques de "Summer in Abaddon", "Blue Screen Life", "This is a Pinback CD"

From Nothing to Nowhere
Barnes
Gold to Sea
How We Breathe
Walters
Subbing for Eden Devil You Know
Blue Harvest
Torch
Bouquet
Off By 50



les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews