Portastatic - Be Still Please

09/05/2007, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

PORTASTATIC - Be Still Please
(Acuarela / TremoLow) [site] - acheter ce disque

PORTASTATIC - Be Still PleaseLeader des irréprochables Superchunk, créateur du label indé Merge (berceau de M. Ward, Lambchop, et même Arcade Fire), le prolifique Mac McCaughan est l'un de ces personnages discrets et intègres qui, dans l'ombre, ont façonné le rock le plus passionnant et passionné des deux dernières décennies. Superchunk en sommeil (même si le groupe a annoncé son retour en 2007), McCaughan s'est surtout consacré ces dernières années à son projet parallèle, Portastatic. Une affaire solo, pour l'essentiel, commencée dans une veine plutôt lo-fi bricolo (le joli et fragile "I Hope Your Heart Is Not Brittle", 1994), et qui a évolué peu à peu vers un songwriting plus classique, mature et épanoui, comme en témoigne ce "Be Still Please".
Si Superchunk fut souvent assimilé - du moins à ses débuts - à la scène grunge ou hardcore en raison d'un son sale et saturé et d'une énergie pour le moins brute, le groupe soignait toujours ses mélodies et n'hésitait pas à reprendre des groupes aussi fins que les Chills ou les Magnetic Fields (Portastatic a aussi sorti un EP de covers d'artistes brésiliens comme Caetano Veloso). Cette inspiration pop et mélancolique - qui n'exclut pas des moments plus énergiques - irrigue "Be Still Please" du début à la fin, et si l'auditeur n'a pas à craindre l'acouphène cette fois-ci, il n'est pas à l'abri de la chair de poule. Notamment quand la voix de Mac, un peu plus retenue qu'hier mais toujours aussi émouvante, est soutenue par de doux chœurs féminins ou par des guillochis de cordes dignes du "One Year" de Colin Blunstone ("Song for a Clock"). Les textes, quant à eux, par leur façon d'exprimer des sentiments simples à travers des images poétiques et parfois mystérieuses ("Fear is cultured like a pearl in the black heart of this world"), peuvent faire penser aux Go-Betweens - le disque est d'ailleurs dédié "à la mémoire et à l'inspiration de Grant McLennan".
L'édition européenne hérite de trois morceaux bonus : deux demos et une étonnante reprise acoustique du "And I Was a Boy from School" des excellents Hot Chip, morceau qui, débarrassé de ses fanfreluches electro, se révèle encore plus touchant. Ça ne suffira sans doute pas à créer une hype autour de Mac McCaughan, quadragénaire à l'allure passe-partout ayant désormais troqué jeans et chemise à carreaux contre un tout aussi banal costume gris, mais tous ceux qui s'intéressent plus à la musique qu'aux apparences savent à quelle porte frapper.

Vincent Arquillière

Sour Shores
Black Buttons
I'm in Love (with Arthur Dove)
Sweetness and Light
Getting Saved
You Blanks
Like a Pearl
Cheers and Applause
Song for a Clock
And I Was a Boy from School
Sour Shores (demo)
I'm in Love (with Arthur Dove) (demo)



Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews