Rain - Omphalos / Dactyls on Façade

25/12/2004, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RAIN - Omphalos / Dactyls On Façade
(Cloud)

RAIN - Omphalos / Dactyls On FaçadeUn album de Rain constitue toujours une promesse excitante et l'on sait à l'avance que l'on va être porté par la tonalité grave et mélancolique de son électro-pop racée. Enigmatique à souhait, la pochette de l'album en forme d'image d'écran télé donne le ton : ce sera un conte introspectif mais pas torturé.
Pierre Maury, multi-instrumentiste, compose de véritables perles musicales avec une obsession des détails et du climat. Les instruments acoustiques flirtent avec les boucles électro et les échos de guitares noisy qui vous rappellent que vous êtes quelque part sur la banquise ou au-dessus d'un volcan. La voix de Rain, magnifique, survole avec grâce ce magma sonore et se prend pour celle d'une vigie en train de conter tout haut les tourments de l'âme. Il y a du David Sylvian sur les titres "Taxifolia" et "Stuck Underground", du Ian Curtis dans la voix caverneuse de "Summer Circle's Naïve Plot" et de "Satori Channel", peut-être sans son côté spectral. Enfin, comment ne pas penser aux ballades de Pink Floyd sur "Silhouettes" où les voix doublées, entonnent un étrange chant du cygne ?
Vous l'aurez compris, Rain aime les références et les nappes sonores, et c'est peut-être là que le bât blesse. A chaque écoute, les fantômes du passé surgissent et l'on peine parfois à suivre la propre voie de l'artiste dans les méandres de cette musique cérébrale. Le mot qu'il joint dans la pochette participe à cette grandiloquence dont on se passerait bien. Rain bouleverse et la minute d'après agace pour au final laisser une impression mitigée.
Mais peut-être faut-il laisser ses scrupules de côté et accepter que cette musique aérienne vous habite entièrement, jusqu'au frisson dans ses moments les plus lyriques. Rain est à coup sûr un musicien accompli, sensible et perfectionniste qui gagnerait à aller à l'essentiel. Heureusement, l'émotion est au rendez-vous et là,l'homme atteint sa cible.

Luc Taramini

Two Crashes a Month
Travelling by Telephone
Up
The Fugitive Saraband
Taxifolia
Summer Circle's Naïve Plot
Satori Channel
Silhouettes
Stuck Underground
Apes and Glory


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews