Religious Knives - The Door

26/03/2009, par Julian Flacelière | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RELIGIOUS KNIVES - The Door
(Ecstatic Peace! / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

RELIGIOUS KNIVES - The DoorSigné sur l'exigeant label Ecstatic Peace, Religious Knives est un groupe de Brooklyn dont les membres ne vous sont peut-être pas inconnus, puisque Michael Berstein et Maya Miller faisaient partie du groupe industriel Double Leopards, tandis que Nate Nelson officiait en tant que batteur au sein de Mouthus. Après une poignée de singles et un premier album, "Resin", plutôt bon, la formation passe à une vitesse très supérieure avec un second LP aussi court (une petite trentaine de minutes) que redoutable.

Religious Knives a la particularité de dilater le temps en avançant de manière extrêmement feutrée, par à-coups, faisant abondant usage des répétitions de motifs, étirés, traités et violentés. En clair, au lieu du format traditionnel couplet/refrain/couplet, les six chansons progressent à partir de subtils changements de tempos, d'atmosphères, les drones s'ajoutant petit à petit ou variant sensiblement, renforçant le rapport assez organique que l'auditeur entretient avec l'album. Aux aguets, il ne sait jamais ce qu'il adviendra précisément quelques secondes plus tard, tant les altérations ont tendance à prendre le contre-pied des développements précédents. Si le disque est effectivement tonitruant, la production de Thurston Moore n'étant pas anodine, il ne s'agit pas de faire du vacarme ou de gonfler les compositions, mais d'intensifier le rythme, d'apporter une masse obscure à des textures pas nécessairement sombres. Religious Knives n'hésite d'ailleurs pas à amorcer un virage un tantinet plus pop, dans le plus noble sens du terme, avec "On a Drive", en optant pour un imparable crescendo, furieuse juxtaposition de bourdons, d'une ligne de basse usant des accords comme d'une incantation magique destinée à placer l'auditeur en situation de transe, et de guitares désynchronisées. Le titre de l'album prend alors tout son sens, tant on a l'impression d'avoir franchi un point de non-retour, au-delà duquel grouille un monde de rituels païens, de cérémonies lugubres et ésotériques, qui ne serait pas un retour à un passé aboli mais une vision du futur, celui d'une civilisation occidentale aux sociétés écroulées, redevenue sauvage, chaotique, dont le christianisme ne serait plus qu'une relique à peine distinguée derrière des toiles de lierres.

"The Door" n'est pas un disque ennuyeux ou réclamant une totale concentration : il demande surtout, il me semble, de se laisser posséder et de ne pas chercher à anticiper - il s'avère parfois nécessaire de déconstruire les chansons dans son propre esprit pour atteindre leurs noyaux, mais, sachez-le, le groupe aura toujours quelques pions d'avance.

Admirable, "The Door" fait un peu le même effet que la musique traditionnelle javanaise, faisant alterner phase d'excitation mentale et de demi-sommeil, et ressemble par ailleurs à une réponse fort pertinente au "Deceit" de This Heat. Religious Knives frappe un gros coup.

Julian Flacelière

Downstairs
Basement Watch
On a Drive
The Storm
Major Score
Decisions Are Made

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews