Richard Buckner - Dents and Shells

04/03/2005, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RICHARD BUCKNER - Dents And Shells
(Fargo / Naïve) - [Site]

RICHARD BUCKNER - Dents And ShellsIl n'y a pas si longtemps, alors qu'il commençait à se faire connaître avec un disque magistral, dans lequel il était aussi difficile de rentrer qu'il était désagréable d'en sortir, Richard Buckner s'était vu estampiller "Ian Curtis folk" par une partie de la presse spécialisée. Aujourd'hui nous pouvons être convaincus que Buckner s'est brillamment sorti de cette "Impasse". "Dents and Shells" ne reprend pas exactement les choses là où le précédent disque les avait laissées. Le chantier aurait été trop important et le sillon creusé trop en profondeur. En fait "Dents and Shells" s'écarte sensiblement du chemin tracé par son prédécesseur, pour aller sans doute plus loin que lui.
De la masse brute et difficile qu'était "Impasse" ce dernier album ne garde que le meilleur et l'assaisonne de quelques nouveaux ingrédients qui font la différence. Le meilleur en l'occurrence, c'était le mariage parfait entre la voix grave du chanteur, sépulcrale à certains instants, et une guitare omniprésente, envahissante presque, si tant est qu'on puisse entendre ce terme de façon positive. On retrouve ici le tandem, moins aride, moins austère mais tout aussi efficace. La voix n'a rien perdu de son intensité et décèle même quelques facettes inconnues, plus caverneuses encore qu'on aurait pu l'imaginer, sur "As the Waves Will Always Roll" par exemple. Quant à la guitare, on la retrouve également, mais ce n'est plus qu'une protagoniste, au premier plan d'un décor plus riche. Si les fans de Buckner étaient déjà habitués aux rythmes disloqués de la batterie, qui savent donner ponctuellement de la cadence aux chansons, la guitare électrique apporte ici une touche de légèreté nouvelle, appréciable sur une bonne partie des titres. Mais c'est surtout le piano, dont la récurrence devient de plus en plus indispensable, qui donne de la profondeur aux morceaux, leur imprime un second degré de mélodie, parallèlement à la voix. Fortes de cette nouvelle architecture, les chansons ne perdent rien en intensité crépusculaire mais explorent de nouvelles dimensions de cet univers. On songera une ou deux fois aux Tindersticks au détour d'une intonation ou d'une instrumentation. Le titre "Firsts" quant à lui est écrit selon les règles d'un minimalisme qui ne manquera pas d'évoquer (Smog). Buckner transcende toutefois ces similitudes, les passant au crible de sa propre marque. Ce qui fait sa personnalité tellement singulière, c'est ce mélange de noirceur qui fonde chacun des morceaux et cette sorte de désinvolture distanciée, finalement assez indéfinissable, qui émane de sa voix. Dans un élan de génie tourmenté, Buckner invente le concept du disque qu'il est impossible d'écouter à la légère... et qu'il est impossible de ne pas écouter.


Jean-Charles Dufeu

A chance Counsel
Firsts
Invitation
Straight
Her
Charmers
Fuse
Rafters
Picture Day
As the Waves Will Always Roll


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals