Saigon et Boys, Stockholm Under Stjärnorna, jeudi 9 mai 2019

29/05/2019, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Il est difficile de trouver des amis partageant des goûts aussi différents que l’Opéra et le post punk. Pourtant, lorsque notre amie Aurélie, tout juste de retour après un marathon opératique Munichois ("Tosca" de Luc Bondy, "Turandot" par la Fura dels Baus et le "Tannhaüser" de Castelluci, rien que ça…), que nous devons retrouver pour les "Variations Goldberg" par David Huang, nous propose de poursuivre la soirée avec la release party du 4ème album de Saigon, nous n’hésitons pas un seul instant.

Boys_Saigon

D’autant que, pour être tout à fait francs, nous pensions que pour Saigon, l’affaire était sur-cuite. Les derniers concerts entendus il y a plusieurs années s’étaient donnés sans batteur, ou sans bassiste, alternativement, Siri apparaissait dans des side projects, Moon City Boys et Nev Lilit, la quasi-totalité de Saigon dans Joe Davolaz en compagnie de Kumi Solo, bien connue en France, et Oskar trouvait le succès dans Viagra Boys, réitérant l’exploit du side project-blague qui marche à la Holograms. Et, pour tout vous dire, nous étions un peu amers tant on a cru et croit encore en Saigon. Nous ne sommes visiblement pas les seuls vu le public nombreux ayant pris l’ascenseur pour grimper sur les toits de Stockholm Under Stjärnorna dans la zone hautement mortifère du bureaucratique Norrmalm.

Autant le dire tout de suite, c’est un bal de têtes proustien qui nous attendait là-haut. Dans notre cas, on peut sans doute comparer la naissance de notre fille à une étrange guerre et à un drôle de sanatorium. On compte les rares absents significatifs.

En tout cas, tous les (vrais) fidèles, le petit noyau élargi, sont là, preuve une fois de plus de notre attachement, au-delà des amitiés, à ce groupe assez unique de la scène stockholmoise.

Marlena Lampinen DJette comme d’habitude, ai-je envie de dire, en attendant les sets, toujours aussi magistralement. Des titres incroyables, inouïs, un son soyeux qui permet d’oublier l’attente tout en papotant dehors sous un vent glacial mais au soleil, comme ces imbéciles de Suédois qui ne veulent toujours pas admettre qu’il fait, encore, un froid polaire, et que, non, le printemps n’est pas arrivé avec la date officielle. Comme chaque année.

On se donnera une idée (forcément partielle et plutôt cotonneuse) du talent de Marlena en écoutant ses titres et mixes sur sa page Soundcloud ici. Sur celui du 4 avril 2019, un vague écho de "Fais-moi jouir" de Patrick Coutin vers les 4mn. Déconstruire Coutin en hypnagogic pop, c’est osé.

En première partie, Boys, le band, mené par Nora Karlsson, guitariste-chanteuse de Holy, ayant sorti l’an passé un chouette album, complètement passé hors de nos radars défectueux, complètement addictif (on en reparle très bientôt parce qu’on ne peut plus le passer sous silence, c’est une question de vie ou de mo(r)t(s)). On pourrait presque parler de groupe de filles si ne se cachait pas derrière elles un bon gros batteur mais non seulement je provoquerais en une phrase toute l’ire du politiquement correct suédois (plus discret mais plus dur que l’amerloque) et surtout je ne rendrais pas du tout grâce à la magie de cette pop éthérée, à la fois naïve dans son architecture et ses sonorités de base, mais éreintée par des guitares et claviers sales et des textes qui, s’ils gardent une trace de romantisme fleur bleue, sentent le blues de la défloration amoureuse et sociale.

Dans son incarnation scénique du jour, avec une guitariste pigiste cold as ice (dont on a admiré pendant tout le set son absence-présence au monde tellement symptomatique d’ici), Boys appuie surtout sur le côté léger, twee pop du groupe. On attend le fuzz et la fureur mais cela reste propret malgré une bassiste à la fois concentrée et agitée qui aimerait sans doute en découdre davantage. Nora Karlsson fait le job, Danelectro à paillettes brillantes en main, peut-être un peu coincée, mais comment ne pas excuser la timide native d’Umeå, prise au piège de l’hypercentre de Stockholm, dans cette cage de verre posée sur les toits, au centre des divers bars de l’endroit. En tout cas, et preuve que le set fonctionne, lorsqu’elle annonce qu’il ne reste que trois LPs au merch, nous sommes nombreux à faire les saumons dans la foule pour tenter de les acquérir. Même s’il faut abandonner le devant de la scène au début de "Love isn’t on my mind".

Après un long changement de plateau et un band meeting prolongé de Saigon (dehors, dedans, juste devant la scène, à cour, sous l’enceinte), récurrent si mes souvenirs sont bons, et très émouvant, le quatuor, cœur du groupe, monte sur scène. Point de bassiste, Ville Bromander, parti sous d’autres cieux (Berlinois ?), c’est Oskar Carls qui prend la basse pour un "Things Start Again".

C’est bel et bien à un resserrement auquel nous assistons : rythmique tendue (un Dennis Hegberth sous haute pression derrière fûts et pads), claviers hyper répétitifs, avec un Linus Hillborg affairé aux machines et guitare retraitée, bref à la production de textures, rageuses, coupantes, grondantes, et Siri en pythie sans pitié sous les yeux de son compositeur de papa. Je n’avais d’ailleurs jamais fait attention au rapport générationnel qu’il pouvait y avoir entre les deux Jennefelt et pourtant, il y a aussi pas mal de punk chez le paternel ("Warning to the rich").

Le set accorde une part importante aux nouveaux morceaux, beaucoup plus bruts et répétitifs, post punk pour faire court, et qui donne une couleur assez uniforme à l’ensemble pourtant habituellement plus chamarré du groupe. C’est un parti pris assez singulier et définitif que de se montrer à nouveau sur scène sous de nouveaux atours après une si longue absence (et je ne parle pas QUE du pantalon plastique/toile cirée de Siri).

Il faut attendre les deux derniers titres pour que nous soient concédés deux titres (très) anciens et assez dans le genre noir du dernier album. "Hypgnosis 2:48", tiré du second album, "Ready For Romance", avec son jeu de double guitare lacérée, duo un peu absent du concert, la basse hyper prenante jouée au clavier par Siri et qui fait vibrer la salle de ses ondulations sinueuses et un Oskar Carls, furieux et plus punk que jamais, qui finit de saloper le travail avec un solo de sax free (très Viagra Boys, remarque l’amie Aurélie qui sait tout).

Plus inattendue encore, "Amigo" (première "Kasset" !) qui perd un peu en stabilité, sans doute à cause de l’absence du bassiste Ville, qui oblige Oskar Carls à jouer et chanter (le parler-gueuler) sur plusieurs fronts. On retrouve en tout cas tout ce qui fai(sai)t le charme de Saigon : l’alliance de l’énergie du punk et la mélodie imparable de la pop, des claviers charmeurs, une rythmique impeccable, les riffs et textures recherchés de la plus belle noise.

J’ai toujours été enchanté par leurs concerts et surpris par leurs enregistrements toujours plus fouillés. Cette fois-ci c’est presque l’inverse : je ne m’attendais absolument pas à ce côté brutal surexposé et j’ai été désarçonné par le concert. Après quelques dizaines d’écoutes de ce "IIII"e album livré ce soir-là pour la multitude en LP avant la sortie officielle, je suis plus que conquis et toujours, j’espère, l’un des, si ce n’est le plus, fervents zélateurs de Saigon. On en reparlera.

Avec l’aide de celle qui a toujours cru sans jamais douter (surtout avec l’aide de quelques Spritz et coupes dans le nez), Johanna D.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals