Scott Da Ros - One Kind of Dead End

13/11/2006, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SCOTT DA ROS - One Kind Of Dead End
(Endemik Music / Import) - acheter ce disque

SCOTT DA ROS - One Kind Of Dead EndIl commence bien ce disque, avec ce morceau d'Ennio Morricone et de Peter Tevis issu de "Pour une Poignée de Dollars", et que le producteur a alourdi pour l'occasion, puis avec ce "Monster Mashout" qui associe idéalement le rap exalté de Bleubird et un beat effroyablement sombre signé Scott Da Ross. D'emblée, avec ces deux titres, le patron du label Endemik nous signifie deux choses : un, qu'on ne va pas beaucoup rigoler sur cet album dans la droite lignée du rap le plus glauque de cette bonne vieille scène d'Halifax ; deux, qu'il n'a pas pris l'affaire à la légère, qu'après deux maxis, quelques productions pour le "Sloppy Doctor" de Bleubird et un remix de Sixtoo, cette première sortie long format est portée par une ambition.

Sur le tout premier point, nous sommes servis. Jamais Scott Da Ros ne s'échappe des ténèbres. Il y plonge instantanément tout son disque pour ne plus jamais l'en sortir. L'atmosphère est pesante, le rythme lent et insistant, les samples inquiétants, les compositions souvent absconses et remplies d'électronique qui fait peur. C'est un long dédale où tout espoir de s'échapper est vain, où ne se rencontrent que des rappeurs en perdition, menaçants, pessimistes et désabusés, du genre à s'exprimer avec une voix tabagique de mort-vivant ("This Great Evil"), à rapper en japonais (Yskee sur "Infinite Labyrinth") ou à sortir des aphorismes façon "we know who we are, we just don't believe in it", comme Dave Pal sur cet "Art of Rejection" exemplaire dans le style.

Bien sûr, cette noirceur va de pair avec l'autre point clé du disque : l'ambition. "One Kind of Dead End" est rempli de tentatives audacieuses, comme cet inquiétant titre de blues rap assez réussi, nommé "1912 ‘til Infinity" en clin d'œil aux Souls of Mischief et interprété par le couple à la ville JD Walker et Sontiago, représentants éminents de la scène rap du Maine. Ou encore comme "Silence + Circles", ce très long titre conclusif où Tweetch !zown, Bleubird et K the I??? se succèdent au micro sur une série de mouvements plus opaques encore que tout ce qui a précédé, où traînent ici et là des bouts de musique contemporaine et où plane l'ombre tutélaire d'un Can dans ses moments les plus radicaux.

C'est ambitieux, donc. Mais l'ambition, c'est dangereux et c'est risqué. Et il n'est pas sûr que le producteur atteigne ses objectifs sur "One Kind of Dead End". Au bout du compte, les titres les plus marquants restent ceux déjà sortis sur maxi, comme le "Monster Mashout" déjà cité ou comme cet "Ocean Splits in Half" rappé par Apt et K the I???. Le reste est impénétrable, n'impressionne pas. Surtout, il se départit peu des phases les plus expérimentales traversées par le rap indé, par Anticon à ses débuts (il fallait bien finir par le lâcher, le nom du label de Sole, d'ailleurs présent ici). Ce disque est davantage une fin et un cul-de-sac qu'un renouvellement. C'est d'ailleurs peut-être pour ça, consciemment ou non, que Scott Da Ross lui a donné un tel titre.

Sylvain Bertot

No Second Chance
Monster Mashout (feat. Bleubird)
Painted Roses (feat. Ghettosocks)
Infinite Labyrinth (feat. Yskee & Bleubird)
Dilshad and Tohti by a Frozen Lake
What you Wahn Be (feat. tweetch !zown)
Similar Thoughts
Outline of a Valentine (feat. Filkoe176)
Ocean Splits in Half (feat. K-the-i??? & Apt)
Art of Rejection (feat. Dave Pal)
This Great Evil
1912 'til Infinty (feat. JDWalker & Sontiago)
Humans Bury Deep (feat. Bleubird & Sole)
Pre-Apocalyptic, Post Boredom Stress Syndrome
Silence + Circles (feat. Tweetch !zown, Bleubird & K-the-i???)

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals