Scout Niblett - Kidnapped By Neptune

15/06/2005, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SCOUT NIBLETT - Kidnapped By Neptune
(Beggars) [site] - acheter ce disque

SCOUT NIBLETT - Kidnapped By NeptuneMalgré son prénom, Scout Niblett n'est pas précisément la jeune fille modèle. Derrière son visage d'ange et sa perruque blonde hirsute, se dissimulent une fièvre explosive, une rage destructrice, une énergie brute et déjantée. Poussée sur des terres arides (sur scène, la jeune fille seule remplace tout un orchestre en s'accompagnant tour à tour à la batterie ou à la guitare électrique), sa musique a pris la forme d'un manifeste auto-proclamatoire, revendiqué notamment par "I Am", l'album précédent, improbable brûlot punk féministe, qui, comme son auteur, n'a que la peau sur les os.
Pareil OVNI devait logiquement se faire enlever par Neptune un jour ou l'autre. Effrayés sans doute par l'allure rachitique de la jeune fille et de ses compositions, les martiens se sont montrés hospitaliers et l'ont généreusement nourrie. De squelettique qu'elle était un temps, la musique de Scout s'est musclée, sans perdre l'aspect sec et cassant qui faisait tout son suc. Les chansons prennent donc corps dans cette même chair ferme qui nourrit "I Am". Guitare électrique et batterie restent les deux fers de lance de l'album, mais, et c'est un progrès, on entend un peu moins l'une sans l'autre, à l'exception notable de titres comme la (gentille ?) comptine "Fuck Treasure Island" ou "Valvoline" qui reposent sur les talents de batteuse de la jolie sauvageonne. Le dépouillement est un état d'esprit, une profession de foi pour notre chanteuse et elle n'a plus besoin d'en rajouter en ce sens. Les chansons sont donc réellement des chansons, construites et arrangées comme telles. On pourrait aller jusqu'à dire que certaines sont un peu... pop. On pense encore à Catpower lors des escapades les plus tranquilles : le blues électrique solitaire et épuré, la voix même de Scout Niblett évoquent son style de façon quasi infaillible. Mais sur "Pompoms" ou la très belle "Wolfie", elle ne se contente pas d'imiter l'icône folk, loin s'en faut. Les dérapages potentiels et le degré de violence latente sont bien plus forts ici qu'ils ne le sont chez Chan Marshall. De ce fait, un plus haut sommet d'émotion est atteint, d'autant plus touchant et appréciable qu'il est inattendu et déroutant. C'est en effet parce qu'elle n'est pas sage que Scout Niblett séduit autant, de même, c'est l'aspect décalé de sa musique qui rend les passages plus "classiques" attachants. Les explosions électriques qu'elle dissémine à intervalles réguliers sur son disque ont ce qu'il faut de sauvage et de faussement incontrôlé pour nous rappeler à qui on a à faire : une femme libre tout simplement.

Jean-Charles Dufeu

Not To Death
Kidnapped By Neptune
Pompons
Lullaby For Scout In 10 Years
Fuck Treasure Island
Relax
Valvoline
Good To Me
Handsome
Safety Pants
Newburyport
This City
Wolfie
Drink To Me
Where Are You?

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals