Sera Cahoone - Only As the Day Is Long

07/07/2009, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SERA CAHOONE - Only As The Day Is Long
(Sub Pop / PIAS) [site] - acheter ce disque

SERA CAHOONE - Only As The Day Is LongSignée chez Sub Pop, Sera Cahoone n'a, malheureusement pour elle, pas bénéficié de l'engouement récent pour les chanteuses folk, qui a vu se succéder nombre de révélations, parfois retombées aussitôt dans l'anonymat (Joanne Robertson) tandis que certaines monopolisaient l'attention publique et critique (Emily Jane White, Alela Diane). Et si la songwriteuse a commencé sa carrière musicale à la batterie, ici il est plutôt question de guitare acoustique, de banjo et de pedal steel, pour une leçon de country / americana visiblement apprise sur le bout des ongles.

S'il est difficile d'être surpris par le disque, il ne s'en dégage pas moins une grande maîtrise chez son auteur, tant dans la mélodie que pour créer des ambiances soignées. Si l'ouverture du disque nous offre un bien beau titre de country à écouter sous le soleil de l'aube ("You Might As Well"), le goût de la jeune femme pour les arrangements se fait plus prégnant sur "Baker Lake", mais encore plus sur les sombres "Shitty Hotel" et "The Colder the Air". Si ce sont probablement les titres les plus intéressants, c'est probablement parce que ce sont ceux qui concilient le mieux noirceur dans leur propos et richesse instrumentale, sans que ça n'affecte la beauté des mélodies, grâce à la présence (jamais pesante) des arrangements de cordes qui s'accordent bien avec les quelques coups de griffes électriques. La voix de Sera Cahoone a aussi en elle ce petit grain de mélancolie, qui empêche à tout moment le disque de sombrer dans la vraie légèreté, en instaurant une atmosphère douce-amère ("Seven Hours Later"), qui a tendance à bercer l'auditeur et le plonge dans un grand confort. Il est pourtant dommage que quelques titres soient justement un peu trop lisses, laissant apparaître de petits moments tristes et un peu ordinaires, que ce soit un gentillet vagabondage country ("Runnin' Your Way") ou une complainte folk ("Only As the Day Is Long"). Est-ce cela qui a desservi Sera Cahoone, cette uniformité qui a parfois tendance à rendre le disque un peu lassant ? Sûrement, mais si elle arrive à gommer ces petits passages d'élève appliquée, son talent exprimé de façon intermittente pourrait lui permettre de signer une belle copie.

Mickaël Choisi


You Might As Well
Baker Lake
Only As the Day Is Long
Runnin' Your Way
Shitty Hotel
You're Not Broken
The Colder the Air
Tryin'
Happy When I'm Gone
Seven Hours Later


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews