Serge déçoit

29/09/2010, par Christophe Patris | Edito |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Ç'aurait dû être l'idée du siècle : consacrer tout un magazine aux musiques francophones d'aujourd'hui, comblant enfin les lacunes (les complexes ?) des magazines "généralistes". Au final, pourtant, l'ampleur de notre déception est sans fond. Car si SERGE (rien que ce nom, on aurait dû se méfier) se veut plein de bonnes intentions, il manque pourtant cruellement de contenu. "Moderne" dans sa mise en page (un hybride entre le magazine de mode et le magazine pour jeunes-filles-Eau-Précieuse), le magazine évacue toute critique et prise de risque en s'effaçant derrière la forme même de ses rubriques : Arnaud Fleurent-Didier commente ses photos de vacances, Dominique A tient le journal de sa fin de tournée, Jacques Higelin répond à l'éternel blind-test, six pages sont consacrées à des photos de fans d'Indochine, Claire Diterzi et Florent Marchet dialoguent, Olivia Ruiz gaspille deux pages entières d'une chanson manuscrite (et pourquoi pas un poster dédicacé en pages centrales ?), Alain Chamfort répond à des questions (très pertinentes, les questions : "quel est votre type de femmes", "êtes vous timide", "êtes vous quelqu'un de paradoxal" etc.) couché sur un lit (trop d'audace tue l'audace)... La rédaction tente bien sûr de se rattraper sur quelques articles "de fond". Un dossier "rap" qui place Florent Pagny entre Booba et Joey Starr sur la ligne du temps, une présentation du parcours de Joe Dassin, une pleine page sur la chanson générique de Plus Belle La Vie... On croit rêver ! Le plus gros dossier revient à Zazie (oui, la reine de la pop francophone, c'est bien elle). Six pleines pages - concernant un album entièrement tourné autour du chiffre sept. Là aussi, Serge loupe le conc(s)ept. Heureusement, le magazine s'engage : Le nouvel album de Katerine serait le plus "Serge" de sa carrière. C'est aussi celui qui ressemble le plus aux chansons de René la Taupe. Affligeant. Suivent, pour finir, les pages "fourre-tout" : on débriefe le contenu du frigo de Jeanne Cherhal, Disiz la Peste nous donne ses conseils de lecture, Gaetan Roussel parle foot, Arno parles frites (évidemment)... Le pompon revenant à la double page "horoscope musical", qui frise carrément le ridicule. Ne soyons pas trop mauvaise langue : Serge déniche bien quelques (presque) nouvelles têtes. Il y a un portrait plutôt charmant de Bertrand Belin. Quant à la correspondance entre Alex Baupain et Christophe Honoré, elle éclaire de manière intéressante l'écriture à quatre mains d'un film comme "Les Chansons d'amour". N'empêche, le billet d'humeur de François Morel aurait dû nous mettre en garde : outre le nom pompeusement ridicule, Serge, n'a, en effet, rien à dire. On y retrouve les quinze mêmes têtes déjà vues, lues et entendues partout. C'est d'autant plus dommage que l'échec éventuel du magazine ternirait un peu plus l'image d'une pop qui ne demande pourtant qu'à briller. Site du magazine Serge

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews