Ron Sexsmith - Cobblestone Runway

13/11/2002, par Fred Tuc | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RON SEXSMITH - Cobblestone Runway
(Netwerk America / V2)

RON SEXSMITH - Cobblestone RunwayPur snobisme ou simple philanthropie, allez savoir… Toujours est-il que, en règle générale, je préfère parler des artistes les moins connus, ceux qui démarrent et manquent d'échos dans les médias musicaux français. Ron Sexsmith est donc à la fois une exception et une application de cette règle. Parler de ce jeune homme est avant tout un coup de gueule contre le honteux manque de reconnaissance publique dont il pâtit malgré l'excellence de ses disques.
J'ose à peine parler de sa musique tellement celle-ci devrait être connue de tous. S'il ne faut que ça pour vous convaincre, je peux vous raconter que ma soeur, qui ne jure que par le reggae, le ragga et le rap, m'a supplié de lui prêter mes disques de Sexsmith.
Tout y est chez ce type : une voix de crooner voluptueuse et limpide reconnaissable entre mille, de très beaux textes, le tout porté par une fidèle guitare acoustique, des cordes frottées et un piano jamais superflus. Ajustant le mélange selon l'émotion à faire passer, Ronald Eldon Sexsmith est capable de sortir des chansons pop bien enlevées ("Disappearing Act", "Dragonfly On Bay Street") et surtout ce en quoi il excelle : les ballades bouleversantes à pleurer ("God Loves Everyone", "Gold In Them Hills", "Best Friends").
Se débattant depuis le tout début des années 90 pour toucher un public plus large, Ron Sexsmith est allé jusqu'à ajouter de l'électronique ("Dragonfly On Bay Street") ! Et tenez-vous bien : c'est réussi ! Prêt à quitter le temps d'un morceau le classicisme pop-folk qui l'avait jusqu'ici caractérisé, cet ancien livreur de journaux succombe pour votre plaisir aux sirènes de la mode. Alors oui, je dois l'admettre, ma capacité d'empathie pour celles et ceux qui ne parviennent pas à voir en Ron Sexsmith un auteur-compositeur de génie à atteint ses limites.
Je prie pour me tromper, mais je sens que, une fois de plus, "Cobblestone Runway" restera un disque à la honteuse confidentialité. Et dans cinquante ans, on verra bourgeonner des centaines d'imbéciles pour vous expliquer qu'ils se masturbent au son du "poète incompris", que Ron Sexsmith a changé leur perception de la musique et bla-bla-bla. Hé, les gars, c'est maintenant que la partie se joue !

Fred

Former Glory
These Days
Least That I Can Do
God Loves Everyone
Disappearing Act
For A Moment
Gold In Them Hills
Heart's Desire
Dragonfly On Bay Street
The Less I Know
Up The Road
Best Friends
Gold In Them Hills (remix)











les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews