Shellac - Excellent Italian Greyhound

20/06/2007, par Cyril Lacaud | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SHELLAC - Excellent Italian Greyhound
(Touch and Go) - acheter ce disque

SHELLAC - Excellent Italian GreyhoundA force d'entendre sa patte ou au moins de voir son nom en tant qu'ingénieur du son sur une quantité astronomique d'albums, certains devenus historiques, d'autres restés mineurs (on se demande parfois si quelques opportunistes n'essayent pas de s'acheter une crédibilité de cette manière, un groupe français s'est d'ailleurs amusé à s'appeler "Enregistré par Steve Albini !" Au moins les intentions sont claires !), on en aurait presque oublié que Steve Albini est avant tout un musicien qui fait les très belles heures de la scène post hardcore US depuis le début des années 80.
Donc revoici le trio Shellac (troisième groupe d'Albini dans lequel il est accompagné par Todd Trainer à la batterie et Bob Weston à la basse, eux aussi ingénieurs du son) pour un quatrième album détonant. Ici pas de dépaysement au niveau du son, les obsessions jansénistes d'Albini sont bien là : son ultra brut, compositions très près de l'os, guitare abrasive, tension extrême.
Et puis, rassurez-vous le trio éprouve toujours le même plaisir pervers à jouer aux osselets avec nos tympans ("Be Prepared") avec ses riffs tranchants et ses rythmes austères mais redoutables. Avec Shellac toute fioriture est méchamment giflée, seule l'efficacité pure a droit de cité.
Avec ce disque le trio a poussé le concept Shellac (car tout dans ce groupe relève du concept, l'approche naturaliste du son, l'attitude, le rejet viscéral de tout compromis et de la moindre promotion, et puis ses pochettes pour le moins conceptuelles) dans ses derniers retranchements.
Les titres oscillent entre très longues compositions ultra minimalistes aux mélodies atrophiées (le premier titre "The End of Radio" ou le déroutant "Geniune Lulabelle" où l'on est gratifié d'une partie de chant a capella, un comble pour un trio aussi bruitiste) et titres coups de poing d'une sécheresse redoutable ("Steady As She Goes", "Spoke"). Intégrité et indépendance ont toujours été les maîtres mots de Steve Albini, mais dans son délire jusqu'au-boutiste du zéro compromis ce disque est un suicide absolu. Mais que c'est bon !
Assurément ceux qui voudront avec cet album découvrir Shellac, alléchés par la réputation et l'aura de son intransigeant leader, risquent d'être rebutés. Dans ce cas un passage par "Action Park" (mythique premier album du trio) est indispensable. Les autres n'ont pas fini d'ausculter cet excellent lévrier italien.

Cyril Lacaud

End of Radio
Steady as She Goes
Be Prepared
Elephant
Genuine Lulabelle
Kittypants
Boycott
Paco
Spoke


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals