Singles - Toi l'Héroïne, Je veux t'embêter, Rock'n'roll

15/09/2006, par Frédéric Antona | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES par Frédéric Antona

toi l'heroineTOI L'HEROINE - Attention à moi
(Autoproduit) - [site]

Duo lillois privilégiant la face sombre du rock, Toi l'héroïne nous propose quatre titres tout en distorsions soniques et mélopées enfantines. La voix de Sébastien Bataille, sur le fil du rasoir, demande un certain temps d'adaptation, mais il y a une profonde honnêteté dans la démarche qui mérite d'être saluée. On trouve ici quatre titres au son globalement lo-fi, une volonté claire du groupe de ne pas sonner de manière académique. Le groupe s'offre même un duo avec la chanteuse de Vendetta sur "Tu n'y penses pas vraiment", particulièrement réussi. Les textes sont parfois empreints d'une certaine naïveté, mais révèlent néanmoins une dimension sombre, hivernale particulièrement convaincante. "Attention à moi" dévoile une facette plus groovy de groupe sur les couplets, apportant un peu de clarté (nous ne dirons pas fraicheur) dans cet édifice particulièrement sombre. Mais le refrain laisse les rythmiques lourdes reprendre le dessus et les voix hurler cette douleur qui sonne très vraie. On peut parfois regretter un petit manque de souplesse mélodique et une certaine aridité sonore, mais l'ensemble laisse espérer un album fort et dense.

je veux t'embeterJE VEUX T'EMBETER- Je veux t'embêter
(Autoproduit) - [site]

Projet parallèle du chanteur-guitariste Sébastien Bataille avec sa compagne Katy Maury, Je veux t'embêter signe ici une déclaration d'amour tatouée et hantée, faite de déchirement et de passions fusionnelles. "Une dernière fois", ainsi, est un duo déchirant/voix sur un accompagnement fantomatique gorgé de réverbération. "Je ne dormirai pas sans toi", et son piano très John Cale, a un côté velvetien indéniable et très plaisant. C'est le titre le plus arrangé du lot, dans lequel la tendance pop est la plus prononcée. Les trois titres ne sont pas d'accès immédiat, et se dévoilent au bout de plusieurs écoutes. La voix de Sébastien Bataille, notamment, nécessite un effort à l'auditeur du fait de son timbre très particulier, rêche et sans artifice. Mais l'adhésion l'emporte de par la présence d'un univers à part, sans compromissions ni volonté de se raccrocher à un mouvement. Eminemment personnel.

rock'n'rollROCK & ROLL- First Class Plane (EP)
(Coming Soon) - [site] - Acheter ce disque

J'ai une méfiance viscérale pour la hype. Et si le rock'n'roll est une question d'arrogance et d'outrage, il est parfois des noms difficiles à porter. Avoir choisi comme patronyme Rock & Roll est, à n'en pas douter, un sacerdoce. Cette impression de porter sur soi tout le poids d'une musique qui représente tant à nos yeux... Le groupe a intérêt à assurer le service après-vente derrière. Avec des photos de presse signées Karl Lagarfeld, j'avais assez peur, je dois bien le dire. Finalement, le quatuor français livre un honnête EP, très influencé par la nébuleuse Libertines / Babyshambles, avec une attitude et des fringues très Strokes. Les quatre morceaux sont parfaitement calibrés pour faire frémir les jeunes foules. "First Class Plane" reproduit assez habilement la disco-pop de Franz Ferdinand ou Bloc Party, la voix éraillée juste comme il faut. Et tel est le problème finalement, cette reproduction de recettes de cuisines pour rentrer dans des cases. Ce son volontairement approximatif, cette instrumentalisation de la Révolte. Et, avec un patronyme pareil, on ne peut se permettre la fausse rébellion, l'originalité et l'arrogance doivent éclater au grand jour. Car le Rock'n'roll, c'est bien plus que du rock'n'roll, ne l'oublions jamais.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews