Singles - Clearlake, Arctic Monkeys, Cursive

25/10/2006, par | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES par Vincent Le Doeuff

CLEARLAKE - It's Getting Light Outside
(Domino / PIAS) - acheter ce disque

Quand on écrit pour POPnews, on a le droit parfois à quelques petits challenges. Ici le jeu est de chroniquer le single "It's Getting Light Outside" qui ne comprend que le morceau éponyme décliné en trois versions différentes : celle de l'album "Amber", puis deux autres remixées par Long Throw Specialist (une version radio et une version longue).
"It's Getting Light Outside" est paraît-il le meilleur morceau de "Amber", le dernier opus de Clearlake, ce qui a sans doute suscité le désir de Domino de sortir ce single. Alors deux questions, tout d'abord est-ce que cette chanson vaut la peine qu'on la reproduise en triplette, et puis est ce que l'existence de ces deux doubles se légitiment ? Et bien si "It's Getting Light Outside" est un titre assez accrocheur avec de puissantes percussions accompagnées de jolis arrangements très british (on pense à la fois aux Boo et à Blur), on peut quand même se poser la question de la pertinence intrinsèque de ce single. Et pour ce qui est des remixes (j'ai personnellement une aversion pour ces retransformations trop souvent inutiles lorsqu'ells ne sont pas très mal faites), si on est de bonne humeur, on dira juste que c'est superflu.
Passez à côté ou mieux découvrez "Amber".

 

THE ARCTIC MONKEYS - Who The Fuck Are The Arctic Monkeys?
(Domino / PIAS) - [site]

Deuxième challenge, dire quelque chose d'intelligent sur les Arctic Monkeys. Avec un groupe comme celui là, la critique devient souvent une posture : si je l'encense, je serais à contre courant de ceux qui disent que c'est nase (et vice et versa). Les petits frères de Doherty doivent déjà confirmer sur leurs Ep. Et oui, c'est dur la vie des groupes qui grimpent trop vite au sommet, ils sont toujours attendus au tournant.
Bon alors, on remarquera d'abord que le titre de cet Ep est assez malicieux mais un brin mégalo. Plus sérieusement, cet Ep débute comme "Whatever People Say I Am, That's What I'm Not" par "The View From The Afternoon" et enchaîne par la suite plusieurs inédits qui se caractérisent par un ton moins "feu au plancher" que sur le Lp. Le quatuor de Sheffield prouve qu'il peut aussi façonner de jolies ballades plus posées ("No Buses") sans atteindre le génie mais sans se ridiculiser non plus (loin de là). Alex Turner et ses amis terminent sur un "Who The Fuck Are The Arctic Monkeys?", un titre plus étiré qu'à l'ordinaire qui tient efficacement la route. Alors à la question : qui diable sont les Arctic Monkeys ? Je répondrais : un groupe dont on a pas fini d'entendre parler.

 

CURSIVE - Dorothy At Forty
(Saddle Creek /
PIAS)

Troisième et dernier challenge : éviter de descendre trop brutalement un groupe qui n'a pas inventé l'eau chaude. At The Drive-In, ça vous dit évidemment quelque chose ? Et bien les membres de Cursive essaient de faire la même chose sans aucun souffle mélodique et sans l'énergie suffisante qui pourrait compenser leurs lacunes : cela tombe donc évidemment complètement à plat. Cursive se caractérise par un chant un peu lourdingue qui varie entre l'emo punk californien et celui de Johnny Borrel (Razorlight) sur des arrangements gras affinés légèrement par quelques cuivres et claviers. Si les Américains limitent les dégâts sur "The Bitter End", ils n'en mènent vraiment pas large sur "The Censor".
Au final, le seul truc intéressant de ce Ep restera donc peut être la méthode de matérialisation des morceaux du groupe de Tim Kasher (ouaw, le cd est transparent !).
C'est trop dur ces challenges...



les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews