Singles - The Electric Pop Group, Math and Physics Club, Strawberry Whiplash

06/01/2009, par Christophe Patris | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES par Christophe Patris

Des Lucksmiths aux Pipas, des Pines à Harper Lee, sans oublier les Would-Be-Goods, Matinée Records ne cesse de défendre, depuis déjà douze ans, une certaine idée de la pop. En faisant de l'EP quatre titres le digne successeur du 45t, le label californien privilégie les découvertes et l'immédiateté, un sommet d'efficacité dont témoignent ces trois récentes sorties : The Electric Pop Group, Math and Physics Club et Strawberry Whiplash.

THE ELECTRIC POP GROUP - Sunrise EPTHE ELECTRIC POP GROUP - Sunrise EP
(Matinée Records) - [site]

Nouvelle signature pour le label, le quartet suédois The Electric Pop Group sort un premier EP plus acoustique que ne laisse supposer leur sobriquet. Ces quatre titres papillonnent en effet tantôt du côté des roses épineuses des Smiths (pour les cliquetis de guitares), tantôt vers le coton estival des Field Mice (pour les mélodies éthérées). "I Could See the Lights" et "Summer's Day", les deux perles du disque, témoignent du grand écart dont sont capables les frères Aamot (Erik et Martin), sans jamais perdre de leur efficacité : le tube entêtant pour la première, le rayonnement fragile et mélancolique pour l'autre. Un disque à écouter si l'on se sent sinistre ou euphorique, voire (idéalement) les deux à la fois.

MATH AND PHYSICS CLUB - Baby I'm Yours EPMATH AND PHYSICS CLUB - Baby I'm Yours EP
(Matinée Records) - [site]

Ce nouvel EP ne déroge pas à la règle des précédentes sorties du groupe : on croirait, à s'y méprendre, entendre des inédits de la période Jeepster de Belle and Sebastian. De la voix de Charles Bert au violon hésitant de Saundrah Humphrey, l'illusion est totale. Évidemment, Stuart Murdoch, à l'époque, ne faisait déjà lui aussi qu'emprunter et réinterpréter en grande partie les craquements de ses vinyles adolescents, et Math and Physics Club peut alors être considéré comme le dernier représentant en date d'une pop qui n'en finit pas de rebondir. Une fois la comparaison dépassée, ces quatre titres rayonnent pourtant instantanément d'eux-mêmes, tant par la finesse de leur songwriting que par leur brièveté : à peine le disque entamé, on se surprend déjà à réappuyer sur "play", cherchant dans les airs où les douze précieuses minutes de musique ont bien pu s'évaporer.

STRAWBERRY WHIPLASH - Who's in Your Dreams EPSTRAWBERRY WHIPLASH - Who's in Your Dreams EP
(Matinée Records) - [site]

Cette fois, plus de doutes, on est à Glasgow. Avec une voix rappelant la douceur de celle d'Isobel Campbell et des déferlements de guitares à la Camera Obscura, Sandra semble avoir trouvé en Laz (déjà à la tête du groupe Bubblegum Lemonade, également sur Matinée) son gonfleur de ballons multicolores idéal. Alors que "Who's in Your Dreams" nous laisse à nouveau pantois devant l'efficacité redoutable d'un "Papadapada" bien placé, "My Day Today" concentre lui en moins de deux minutes la discographie entière des Would-Be-Goods. On pense aussi à leurs confrères écossais de California Snow Story (sur "Factory Girl") et "It Rains on Other Planets", quatrième titre de l'EP, aurait pu être taillé spécialement pour leurs cousins gallois de The School. Si le groupe peine parfois à se défaire de tant de références et à se trouver un son propre, les sensations que réveillent ces quatre tubes potentiels sont, quant à elles, délicieuses et bien réelles.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews