Singles - Billy Mahonie, The Divine Comedy, Urusei Yatsura, Mogwai, Tori Amos

25/11/1999, par Gildas | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SIMPLES en bref, par Gildas et Guillaume

Billy MahonieBILLY MAHONIE - One thousand years of
(too pure)
Bêtes de scène les 4 de Billy Mahonie se déchaînent et sortent de leurs instruments des moments d'une rare fulgurance. Mélodies atomiques a l'énergie capable de souffler toutes les réserves qu'un public peut avoir a l'égard d'un groupe normalement qualifie de Post-rock-bas-du-front. Sur disque cette énergie ne passait pas réellement et leur album pour Too Pure, bien que très écoutable, manquait d'ampleur. En 3 titres voici les compteurs remis a zéro gràce a un mélange intelligent de tension et d'énergie mais aussi d'inventivité. Il y a une vie après le post-rock et elle commence la.

DIVINE COMEDY - Gin soaked boyDIVINE COMEDY - Gin soaked boy
(Setanta)
Neil Hannon claironne à qui veut l'entendre que son nouvel album sera le disque d'un groupe et non plus seulement celui de Neil et son Orchestre. Et en écoutant cette dernière composition 100% Hannonienne on se dit que ce n'est pas plus mal parce qu'il est vraiment en mal d'inspiration le père Neil. Une énumération à la "Booklover", un refrain à la "National express", des paroles ineptes, et le voila torché le dernier ep de Divine Comedy pour Setanta. Pourtant on le sait qu'il est capable de faire de bonnes choses, pour s'en convaincre il suffit de se pencher sur sa collaboration avec Eno "I am". Il faut seulement qu'il trouve le bon camarade de jeu, Yann Tiersen que l'on retrouve sur "Geronimo" semble être le partenaire idéal. Laissons nous aller et rêvons d'un album entier de l'improbable duo.

URUSEI YATSURAURUSEI YATSURA - Yon Kyoku Iri ep
(Che / Beggars Banquet)
Retour en arrière. Pavement faisait encore de la musique existante et on n'avait pas honte d'écouter du "tatapoum". Un groupe au nom manga pointait le nez et semblait pouvoir tout emporter sur son passage avec des chansons tsunamis en rafale. 5 ans plus tard Urusei Yatsura revient, ou plutôt non, Urusei Yatsura n'étant pas parti, disons qu'ils se rappellent à notre mémoire. Avec un ep bien ficelé, un brin déjanté, les guitares un tout petit peu attendries mais l'attitude en avant. Un vrai disque de jeune con a écouter fort en souriant bêtement entre deux hochements de têtes.

MOGWAIMOGWAI - Ep
(Chemikal Underground)
On parlera juste de prolongement parfait au "Come on Die Young" de ce printemps. Le Mogwai automne-hiver se porte ample et apaisé, va chasser sur les terres de Labradford et en revient avec un "Stanley Kubrick" et un "Christmas song" d'anthologie. Les bois de "Burn girls prom queen" charpentent un de leurs plus beaux morceaux à ce jour. 20 minutes de béatitude, belles comme du Mogwai sans les crises de nerfs.

TORI AMOS - Glory of the 80's
(Atlantic)
Il y en a bien qui veulent réhabiliter Ultravox ou Human League alors pourquoi pas ? Pourquoi ne pas faire une chanson tranformant Dallas en nec plus ultra de la sub-culture. Sur la pochette, Torri se fait glamour, Boa et rouge brillant, sur le disque, elle se contente de nous donner une chanson qui est, comme d'habitude avec elle, bourrée de vocalises un peu cliché mais charmantes malgré tout et surtout malgré des sonorités électro rétro un peu faiblardes. Une chanson comme cette fille dans le métro, un peu gourde et mal fagottée que l'on ne peut quiter du regard car on sait qu'elle est la plus belle fille de la rame. En face b, les versions live des chansons nous restituent l'intimité du piano et de la voix qui sied si bien aux composition de la demoiselle.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews