Singles - Snooze, Resonances, World Party, JJ72

17/08/2000, par Gildas | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SIMPLES en bref - par Gildas

SNOOZE - QUIET ALONESNOOZE - Quiet Alone
(Crammed Records)
L'homme de l'ombre sort de sa cachette le temps d'un ep annonciateur. Apres être allé faire un tour du cote du Brésil Dominique Dalcan revient à la soul et se défoule. Il a trouvé la partenaire parfaite en la personne de Deborah Brown qui délivre des vocalises teintées de jazz qui s'imbriquent au millimètre près dans l'enchevêtrement savant de rythmes et de violons que Snooze a déposé a ses pieds. Les mélodies sucrées / salées sont enluminées grâce à l'étonnante délicatesse des trouvailles du monsieur qui se permet tous les mélanges pour mieux surprendre l'auditeur abasourdi par tant de prouesses réunies en moins de 20 minutes. Futur classique.

RESONANCE - AMBERLEYV/A - Résonances
(Amberley)
Quand un petit label Anglais (Amberley) réunit l'un de ses fleurons (Saloon) et deux groupes intensément créatifs (les américains de Mahogany et les français de Curtis Newton) ça donne un objet haut en couleurs. Grâce a un remix d'un vieux morceau de Saloon et à deux créations originales de leurs partenaires de jeux, le split single "Résonance" attire l'oreille, piège l'auditeur et le ballade dans un labyrinthe sonore ou les Cocteau Twins croisent le fer avec Stereolab. Les mélodies sont catchy à souhait et l'ambiance estivale tellement attachante qu'il est difficile d'enlever ce ep, hétéroclite mais pourtant tellement consistant, de la platine.

JJ72 - Oxygen" (lakota)
Il faut vous tenir au courant, oublier Coldplay, démentir que vous ayez un jour soutenu Muse et vous ruer sur la nouvelle sensation indie Britannique à guitares. Les jeunots de Jj72 font mordre la poussière a tous les autres prétendants au trône de plus grand espoir de la décennie qu'on aura oublié dans deux mois. Grâce a une attitude affirmée, à des chansons a l'ancienne (à savoir composées sur des guitares) et à des concerts montés en épingle le trio propre sur lui tire la couverture médiatique a lui. Et puis, il faut quand même le dire, leur musique n'est pas trop mal, pas originale mais agréable dans un mix bizarroïde de Joy Division, Placebo et de therapy?. Ils ne prétendront jamais au titre de nouveaux Beatles mais il peuvent sans problème s'attaquer a celui de futur ancienne sensation médiatique.

WORLD PARTY - Here comes the future (Papillon records)
Egyptology (le dernier album de Karl Wallinger en 1997) a été un bide monumental. Critiques acerbes, ventes proches du zéro, concerts désertés, le tableau était bien déprimant.... Et puis un fan bien en vue des média (Robbie Williams) a décidé de reprendre un extrait d'"Egyptology" à son propre compte et en a fait un tube. C'est donc la vague du succès de "She's the one" que Karl a décidé de surfer et c'est pour cela que l'on retrouve ce titre en face b dans sa version originale. Pour le reste l'ancien Waterboys reprend les mêmes recettes de pop anglaise agrémentée de guitares un peu lourdingues dans leur grandiloquence que tous ceux qui se souviennent de sa magnifique session acoustique chez Bernard Lenoir lui pardonneront facilement.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals