singles - Acetate Zero - The Jealous Sound - Jack - Paloma

17/01/2001, par Guillaume Sautereau | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS - par Delphine, Didier et Guillaume

ACETATE ZERO - Pieces in TroubleACETATE ZERO - Pieces in Trouble
(Arbouse Recordings).
La surprise (demie-surprise si l'on se souvient de l'album sorti chez Orgasm en 1999) viendra de là, de ce ep, de ces trois titres coup de poing et des cinq remixs intelligents qui suivent. L'impressionnant instrumental "Mill Valley Revisited", dont l'intro épatante est fort judicieusement empruntée au "Dreams Burn Down" de Ride (on applaudit l'idée, puis on craint un instant le pillage, avant que de sublimes guirlandes de guitares et un autre sample savant ne viennent achever toute résistance). Ensuite, c'est le tour de "Permanent Snow" de faire oublier le Piano Magic de "Low Birth Weight" (pas si facile). J'en ai assez dit, à part peut-être que les remixs ici présents - et je n'aime pas trop les remixs, d'ordinaire, enfoncent encore le clou. Un must absolu. (G)


THE JEALOUS SOUND - The Jealous SoundTHE JEALOUS SOUND - The Jealous Sound
(Better Looking Records).
The Jealous Sound est le nouveau groupe de Blair Shehan, chanteur et leader des défunts Knapsack, accompagné entre autres du guitariste de Sunday's Best et d'un ex-Ten Foot Pole. Ce qui frappe d'emblée est l'immédiateté de chacune des cinq plages parfaitement calibrées pour tourner non-stop sur toutes les radios indie de la planète. The Jealous Sound est à rapprocher de Pinback pour sa précision et son sens de la mélodie, des Pixies pour l'âme et la pêche punk-rock et surtout de toute la génération emo us qui a réinventé l'indie music (Knapsack bien sûr, Seam, Silver Scooter, Mineral, Cursive...). Dynamique, percutant, positif, tubesque sont les mots collés à la superglue au Jealous Sound, un disque du matin à emmener partout avec soi, à introduire de force dans tous les autoradios croisés.
Inusable, idéal pour entrouvrir les nuages et laisser le soleil s'immiscer, éblouir, éclairer, animer les visages : The Jealous Sound = adrénaline + vitamines, tout ce dont j'ai besoin à cette seconde et à chacune de celles qui vont suivre, ce soir, demain matin...
(Didier)

PALOMA - Take Care of MePALOMA - Take Care of Me
(Acuarela / Pop Lane).
Le garçon se cachant derrière le sobriquet de Paloma collaborant régulièrement à ces pages, un obstacle éthique infranchissable aurait dû empêcher ce "Take Care of Me" de trouver grâce sur POPnews. Mais voilà, il est très fort ce EP. Et il peine à se faire oublier, en ces temps pourtant difficiles pour la concurrence d'Idaho-lâtrie effrénée. Tout au long de ce ep long en bouche Paloma démontre avec simplicité qu'on peut remuer doucement le folk de petites touches inventives (l'épatant "Daily Sisyphus", une chanson idéale pour partir au boulot pendant que le pauvre Sisyphe n'en revient jamais), et quand même en tirer des mélodies accroche-coeur comme aux plus beaux jours de la pop (l'introductif "Take Care Of Me"). Fait d'arme d'un Monsieur Bricolage tut entier au service de chansons épatantes, ce ep (ré)invente la musique de chambre. (G)

THE HEAVY BLINKERSJACK - La Belle et la Discothèque
(Acuarela / Pop Lane)

Anthony Reynolds et les siens nous reviennent en pleine forme pour un 5 titres (plus une plage bonus) de quoi patienter avant l'album qui devrait voir le jour l'année prochaine.Alors quoi de neuf les gars ? " Ben, pas grand-chose en fait si ce n'est que…… " Ok , on a compris , et pourtant surprise à l'écoute de cet EP à la classe démesurée….stupeur , ravissement sont les quelques mots qui qualifieraient à nouveau ce à quoi vous pouvez vous attendre ! ! ! Que ce soit avec " a bachelor in London " ou " whilst high , I had this premonition " qui auraient pu figurer sur " A pionner soundtrack " ou encore avec les 2 versions accrocheuses de " disco cafe society " , Anthony réussira toujours à nous émouvoir même en ressortant les vieilles recettes du romantisme à l'ancienne sous haute influence Brel / Scott Walker . Nulle ne se lassera de cette musique destinée à chatoyer les sens , même redéployée à l'infini…Néanmoins , le changement est de mise sur un titre, " sometimes " , chanson de soul moderne au spectre Marvin Gayien qui pourrait frapper les fans de la 1ère heure à leur 1ère écoute et pourtant, on aimerait supposer que le groupe exploite ce filon à l'avenir tant le style soul leur semble taillé sur-mesure. Encore un sans faute pour Jack . Espérons que cet EP remettra les pendules à l'heure et que tous les amateurs de Bowie, Divine Comedy , Pulp ou Al Green puissent enfin jouir de cette perle rare !. (Delphine)

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews