Singles - The Libertines, Allen Clapp, the D4

02/10/2002, par Guillaume Sautereau | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES - par Guillaume

THE LIBERTINES - Up the BracketTHE LIBERTINES - Up the Bracket
(Rough Trade / PIAS)
Pff, je vais vraiment finir par devoir me replonger dans mes classiques punk si je dois continuer à chroniquer des trucs de petits jeunes comme ça. Mais ce soir j'ai la flemme, alors allons-y au pif les yeux fermés : the Clash. J'ouvre les yeux : ah, pas loin, c'est Mick Jones qui produit. Cela dit, j'aurais pu dire The Jam ou même the Undertones que cela n'enlèverait rien à la qualité de ces deux titres (le troisième est un peu moins bon, comme quoi la version 45 tours ferait sans doute parfaitement l'affaire), à leurs mélodies roublardes et bien menées et à leurs guitares potaches et pétaradantes. Mais que font les Strokes ?

ALLEN CLAP - Whenever We're TogetherALLEN CLAP - Whenever We're Together
(Bus Stop / Parasol) - [site]
Légèrement désuet, à l'image de sa pochette, ce single n'en délivre pas moins trois compositions haut de gamme qui fleurent bon la quintessence des années 70 et le soleil californien vu à travers les lunettes fumées de la nostalgie. Un peu comme si le Elton John de "Goodbye Yellow Brick Road" avait bien vieilli. Un peu comme si, par un curieux renversement chronologique, les Wings reprenaient the Clientele. Les arrangements (Finder Rhodes, cordes) sont à la hauteur des mélodies à couper le souffle. Étonnamment, ce sont les deux titres inédits, absents sur l'album sorti chez March Record en début d'année, "Sad September" et "Nightfalls" qui tiennent ici la vedette, peut-être moins référencés et moins sucrés que la chanson titre. Trois titres parfaits pour un mois de septembre aux couleurs délavées par un soleil d'arrière-saison.

THE D4 - PartyTHE D4 - Party
(Flying Nun / Infectious / PIAS)
Si je n'avais pas de bonnes raisons d'être persuadé du contraire, je serais prêt à croire à l'écoute de ces trois titres de D4 que le punk a mis 25 ans à se propager jusqu'aux antipodes dont ces garçons sont originaires. Ah, j'oubliais, l'univers est en plein revival "punk rock avec plein de guitares" ces jours-ci. Sur un "Party" des plus efficaces, les néo-zélandais de the D4 font un (petit) grand écart entre Supergrass et Offspring, "Outta Blues" me fait furieusement penser à du Police punk première période, voire à du Rolling Stones sans arthrite, et le poétique (hum) "North Shore Bitch" est idéal pour faire du skate (sauf que moi je suis plutôt roller), le tout emballé comme il se doit en à peine 8 minutes. Le pire, c'est qu'à part le dernier titre, encore moins subtil que les deux autres je n'arrive pas à totalement détester. Que vais-je devenir ? (le premier qui répond "un auditeur du Mouv" est banni de ce site web à vie).

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews