Singles - Sons and Daughters, Dogs Die in Hot Cars, McClusky

29/11/2004, par Gildas | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES par Gildas

SONS AND DAUGHTERS - Johnny CashSONS AND DAUGHTERS - Johnny Cash
(Domino/PIAS)

Hum, je me demande bien ce que Johnny Cash vient faire dans cette histoire, j'ai beau tendre l'oreille, rien n'y fait. Dans cette nouvelle version de la chanson présente sur l'album "Love the Cup", les Écossais de Sons and Daughters font le grand écart entre un mix de rock'n roll trash de cambrousse américaine et le meilleur du post punk glaswegian. Et le single est plus que réussi, ça tabasse, une fille hurle, la musique est menaçante et c'est tout simplement le meilleur single de l'année. D'autant plus que sur la face B, Scott Paterson s'empare de la guitare métronomique de Bo Diddley et produit une autre chanson incontrôlable et sombre à souhait.

DOGS DIE IN HOT CARS - LoungerDOGS DIE IN HOT CARS - Lounger
(V2)

Un chanteur qui peut se faire passer pour Andy Partridge ET Kevin Rowland, des mélodies pop bizarres et attachantes à la manière des Talking Heads et des paroles débiles à souhait... Que peut-on désirer de plus ? Pas grand-chose et c'est exactement ce que Dogs Die in Hot Cars propose sur Lounger. Une face A inspirée musicalement mais vide de sens, parfaite pour égayer les jours de pluie qui arrivent. Des face B catchy et rapides. Bref un bon single bien calibré. Il faudra simplement m'expliquer l'intérêt des mandarines dans les joues... le chanteur veut ressembler à un hamster ?

MCLUSKY - She Will Only Bring You HappinessMCLUSKY - She Will Only Bring You Happiness
(Too Pure / Beggars)

Steve Albini est de nouveau aux manettes, un censeur zélé leur a demandé de changer les paroles du refrain de "Our Singer is a Sex Criminal" en "An Ex-criminal" et leur musique n'a jamais été aussi accessible que sur la face A de ce single. C'est à se demander si les gallois de Mclusky n'ont pas décidé de tourner leurs vestes et de se lancer a l'assaut des charts. Mais non, les titres de face B, "The Gift of Slight" (des guitares farouches et un chant proche de Mark E. Smith) et surtout "Dave, Stop Killing Prostitutes", le poème psychotique décrivant les activités nocturnes d'un serial killer, se rapprochent de Rapeman dans
l'esprit et de rien de préexistant dans la musique. Les McLusky n'ont pas retourné leurs vestes, ils ont juste trouvé une nouvelle façon de pervertir leur public.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews