Singles - L'Altra, Hood

14/01/2005, par Guillaume Sautereau | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES par Guillaume

L'ALTRA - Bring On HappinessL'ALTRA - Bring On Happiness
(Hefty)
L'un des retours attendus de l'année est celui de L'Altra. Transféré du label de leur ex-membre Ken Dyber vers le label Hefty (Telefon Tel Aviv, Savath & Savalas...), le groupe tente aussi une mue osée en s'en remettant pour leur troisième album aux bons offices sonores de Joshua Heustis (Telefon Tel Aviv). On avait eu un avant-goût d'une telle collaboration sur le maxi de Telefon Tel Aviv dans la série Immediate Action fin 2002, puis sur l'album "Map of What Is Effortless", auxquels Lindsay Anderson prêtait sa voix, c'est ici Joseph Costa, l'autre voix du groupe, que l'on retrouve en chanteur principal sur les beats heurtés et manipulés et les samples de cordes d'Eustis, accompagné pour le refrain par une Lindsay Anderson méconnaissable. Que ce soit dans sa version album ou dans sa version remixée par John Hughes aka Slicker, le résultat, assez accrocheur - je n'ose dire tubesque - intrigue et, au bout de sa coda, sobre - guitare, voix - et rapidement amenée, laisse à penser que le titre du futur album, "Different Days", ne sera pas usurpé. La deuxième plage, "Soft Collapse", est, du point de vue de la mélodie et de l'ambiance, plus proche de ce qu'était le style du groupe sur son dernier album et de ce qu'un esprit bêtement cartésien pourrait attendre de sa rencontre avec la production très typée de Joshua Eustis. Plus que quinze jours à attendre...

HOOD - The Lost You EPHOOD - The Lost You EP
(Domino)
Autre grosse attente pour 2005, le retour de Hood avec un nouvel album, "Outside Closer", même si l'on a eu depuis "Cold House" (2001) pas mal de choses pour s'occuper, entre les deux compilations de raretés passionnantes, les morceaux épars qui ne figuraient pas sur ces compilations et quelques collaborations. Sous sa pochette automnale, "The Lost You" frappe très fort. D'abord avec le morceau éponyme, qui débute sur un rythme hip hop fracassé, sample Wyatt et marque une avancée dans l'exploration du territoire encore relativement vierge. La suite est plus classique - pour Hood, s'entend - mais est l'occasion pour un groupe de démontrer sa maîtrise ébouriffante de l'agencement de strates sonores variées et changeantes, nimbées de mélancolie et d'émotions, tout en gardant ce côté fragile hérité de son passé lo-fi. Rien à jeter sur cet EP qui ne sombre pas dans les travers habituels des EP avant-coureurs d'album en évitant remplissage et redites et en proposant un contenu passionnant et palpitant de bout en bout. A l'image du clip, éblouissant.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews