Sixtoo - The Psyche Years

28/04/2004, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SIXTOO - Almost a Dot on the Map
The Psyche Years - 1996-2002

(Vertical Form / La Baleine)

SIXTOO - The Psyche YearsCes jours-ci, avec la sortie de son album chez Ninja Tune, Sixtoo devrait en toute logique franchir un pas de plus vers la notoriété. Mais avant cela, en guise d'au revoir à l'époque où, référence majeure de l'underground hip hop, il était méconnu au dehors, le Sebutone nous propose une compilation sur Vertical Form, le label anglais qui a sorti son très bon album de 2003, "Antagonist Survival Kit". Comme son nom l'indique, biographie sur la pochette à l'appui, The Psyche Years se veut une rétrospective de la carrière de Sixtoo de 1996 à 2002. Mais ce sont surtout ses deux albums pour Anticon, The Psyche Continuum et Songs I Hate, qui sont représentés ici, avec 13 titres sur 21. Le fondateur Progress, The Psyche Intagible et quelques inédits se partagent péniblement les miettes.

Le meilleur de l'artiste n'est donc pas intégralement représenté sur cet album, mais l'échantillon est représentatif. Tout Sixtoo est sur cette compilation. Celui des tueries qui entamaient Songs I Hate ("One World Lost" et "Grimey Inks the Moment"), aujourd'hui pleinement intégrées à la mémoire collective des amateurs de hip hop indé. Celui des titres haletants, épuisants et en plusieurs mouvements ("Work in Progress", l'excellent "Damage Control"). Celui des instrus lumineuses (Alligator). Celui des posse cuts avec les compères d'Halifax (Recyclone sur "Hanging from a Tree", Checklove, Nathan C, Papa Grand et Little T, le futur Tachichi, sur "No Gimmicks, No Chorus"). Et celui des morceaux beaux à pleurer ("Sultry" et son superbe violoncelle).

The Psyche Years montre Sixtoo tel qu'il fut durant ces 6 années. A l'opposé d'un Buck 65 attiré de plus en plus par le format "chanson", l'autre Sebutone nous est resté plus longtemps rappeur. Plus sombre aussi, d'une monotonie pertinente et convaincante, fidèle continuateur du rap opaque de 50/50 Where it Counts, le grand classique du duo.

Sylvain

Destroy
Drip Drop
Grimey Inks the Moment
Caukazoid Germ
Alligator
One World Lost
Detriments Lament
No Gimmicks, No Chorus (feat. Little T, Papa Grand, Nathan C. & Checklove)
Work in Porgress
Nice Beat
Real Soon
Anger
Part 3
Anger
Lacking Precipitation
Weird Timer
Hanging from a Tree (feat. Recyclone)
Propaganda
Damage Control (feat. Checklove)
Triple Bypass Theme
Sultry (feat. Steffi)
My Gold Fronts

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews