Sleepy Jackson - Personality

22/08/2006, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SLEEPY JACKSON - Personality
(Labels) [site] - acheter ce disque

SLEEPY JACKSON - PersonalityTrois ans après la sortie en fanfare de l'enthousiasmant "Lovers", Luke Steele sort son deuxième album. Luke Steele est The Sleepy Jackson, tout comme Mark E. Smith est The Fall : ces deux-là adorent virer leurs acolytes pour mieux affirmer que le groupe, c'est tout d'abord eux.
"Personality" n'a pas la fulgurance de "Lovers", loin de là, et on regrette de se rendre compte que parfois c'est un peu trop sleepy... Evidemment vu le titre, Steele voulait faire un album plus personnel. Mais "plus personnel" est un terme à double sens, il est souvent utilisé par le fan vexé parce que ses amis n'adhèrent pas aux nouveaux morceaux de son idole. Pour se défendre, ce dernier répond alors avec une certaine rougeur qui trahit sa mauvaise foi : "Mais ouais, mais en fait c'est plus personnel, plus difficile d'accès, c'est sûr à la première écoute, on ne peut pas tout comprendre..." Et c'est plutôt dans ce sens-là que va être pris ce disque. Le "Brian Wilson de Perth" n'a pas perdu toute sa verve en trois ans mais cet album fait un peu penser à un vieux rocker, genre Frank Black, un gars un peu en mal d'inspiration mais qui en a toujours un peu sous la chaussette pour réussir à nous enthousiasmer sur trois, quatre morceaux. Car Luke Steele a toujours ce sens de la pop, du refrain facile qui impressionnait sur ses précédentes productions. Mais voilà, là où certains la jouent petit bras, Steele y va tambour battant, la fleur au fusil, sans beaucoup de finesse, la critique n'en devient que plus facile. Sur "Personality", l'Australien use et abuse de cordes, de trompettes olympiennes, de chœurs qui font la la la et de Ahhh sinusoïdaux. C'est tellement féerique que Jonathan Donahue a l'air d'un affreux cynique dépressif à côté. Bref le gars de Perth nous offre une pop sucrée à nous rendre vite diabétique.
"Personality" est à prescrire uniquement pour les vrais amateurs de pop très très suave, mais est fortement déconseillé pour les autres : cela risquerait de les écœurer à jamais.

Vincent Le Doeuff

You Needed More
Devil Was in My Yard
God Lead Your Soul
Work Alone
God Knows
I Understand What You Want but I Just Don't Agree
Miles Away
Higher Than Hell
Play a Little Bit for Me
Don't Say
You Won't Bring People Down in My Town
Dream on
How Was I Supposed to Know


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals