Soltero - Interview

08/02/2006, par Jean-Charles Dufeu | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

"Single Good Evening"

(Ben Macri, bass)
Honnêtement, je ne me souviens pas du moindre truc à propos de l'enregistrement de "Single Good Evening" à part Alex jouant de la guitare. L'une de ces formidables opportunités du studio, où vous pouvez monter l'ampli jusqu'à 10 et faire hurler la guitare. C'est parfaitement sorti.

(Tim Howard)
Il y a je crois au début de cette chanson, un piano, un accordéon, et même un enregistreur que Jesse et moi avons rajoutés longtemps après que la chanson a été mixée dans le studio de Tim Shea. J'avais l'ambition secrète de faire sonner le début de la chanson de façon aussi dense qu'un titre des Pogues. Et comme vous pouvez le voir... ça n'a pas marché.

"Four O'Clocker"

(Ben Macri)
Quand Tim et moi avons décidé notre voyage en Irlande, en 2002, on a voulu aller à Cork, pour faire sonner les cloches de St. Anne's of Shandon. L'idée d'utiliser les cloches d'une église nous excitait beaucoup tous les deux et j'ai bien pris soin d'apporter mon enregistreur, au cas où quelque chose en ressortirait, que ça vaille le coup d'utiliser.

Le jour où nous sommes allés visiter l'église, il faisait gris, froid et humide. Faire sonner les cloches fut une expérience particulièrement discrète. Tu avances dans l'église, et après quelques marches, tu y es déjà, les sonneurs de cloches sont là qui s'accrochent à la corde. Personne n'était là pour nous montrer quoi faire. Après avoir joué avec les cloches un moment, je suis descendu dans la rue pour enregistrer ce qui allait devenir 4 o'clocker.

Bien qu'il pleuvait à ce moment là, j'appréciais rester là et écouter Tim jouer. Des années à écouter les cloches d'église toutes les heures nous ont rendu familiers à leurs intrusions régulières et nous prenions leur son comme une certitude. Je pense donc que c'est très cool (et un peu PUNK) de visiter une ville comme Cork, où tout le monde peut faire sonner quand il veut les cloches d'une église. Je me faisais la réflexion, au coin de la rue, et à des dizaines de milliers de kilomètres de chez moi, en écoutant cette mélodie. Plus tard, le même jour, j'écoutais ce que nous avions enregistré et pouvais entendre chaque note comme si j'étais encore là-bas.

"Acadian Coast"

(Ben Sterling)
Je pense que Tim croit encore aux vertus transformatrices et au pouvoir bénéfique de l'amour romantique. C'est incroyablement naïf, mais cette pensée inamovible est probablement ce qui le pousse à écrire ce genre de ruminations blessantes et aigre-douces sur le même sujet. Nous sommes tous profondément seuls et incapables de quoi que ce soit sinon de connections cursives et égocentriques avec les autres. Dans ses chansons, Tim le sait. Dans son coeur, il ne le sait pas.

"Songs of the Season"

(Tim Howard)
Encore une chanson dont je pensais qu'elle aurait pu n'être faite que de la voix et de la guitare, avant que je commence à l'enregistrer. Jesse n'aime pas ajouter la batterie après la guitare - j'imagine qu'aucun ingénieur du son n'aime vraiment ça - mais je trouvais la chanson terriblement ennuyeuse jusqu'à ce que je la remplisse à mort de sons. Le grand Ben Chaffee est venu pour m'aider avec les voix. Le chant de Jesse ne faisait pas l'unanimit é.

(Tim Blevins, encore plus saoul)
Comment faire pour écrire quelque chose qui puisse avoir la prétention d'être intemporel ? Ce que je veux dire c'est que tu délivres une future capsule temporelle, pas seulement un enregistrement d'humeur, mais quelque chose de déterminant pour ta vie. Be it the college term, a stay in someone's bed or, the festive wallet-bashing break of the holidays, something becomes etched in a proper remembrance that might as well distort itself the following day. (Une compile POPnews offerte au lecteur nous proposant une traduction valable pour cette phrase). Les discours émis sur les mots censés former une phrase en cours de construction. VOILA pourquoi on doit BOIRE.

"Ghost at the Foot of the Bed"

(Joe Sullivan)
Bien que je vivais avec Tim Howard pendant qu'une bonne partie des chansons de Hell Train ont été écrites, je ne me souviens pas avoir entendu cette chanson avant d'avoir eu l'album définitif entre les mains. J'étais scié de l'entendre. C'est une telle déflagration d'énergie. La façon dont la musique vous attaque dès le début, particulièrement la batterie, m'a frappé les oreilles. Les lignes vocales en falsetto sont géniales. Et le marasme final est purement magique. Le son de guitare me fait penser à "Rain" des Beatles.

(Ben Macri)
Alex prend beaucoup de place dans mon souvenir de "Ghost." Son solo dans l'outro était différent à chaque fois et j'aimais beaucoup guetter ce qu'il s'apprêtait à faire, j'étais donc très excité à l'idée de ce qui arriverait sur le disque. Alex ne m'a pas déçu, en coupant court à la jam par une séquence à la Television, du meilleur effet.

(Tim Howard)
Il y a quelques années, lorsque j'étais omnubilé par une éducation rock éventée, je pensais qu'une chanson devait sonner "étroite". Jouer avec Casey a définitivement changé mes idées à ce sujet... maintenant, je veux que le rock sonne comme si le Radeau de la Méduse jouait dans l'œil du cyclone.

"Rosie Day"

(Jesse Kudler)
Tim est venu chez moi pour enregistrer cette chanson, ce qu'on a fait. Nous avons enregistré plusieurs prises, à différents rythmes, avant d'obtenir cette dernière version.

Nous avons dépensé beaucoup de temps et d'énergie à essayer de traquer cette magie. Ensuite, Tim m'a appelé pour me dire qu'il avait enregistré une version vraiment, vraiment meilleure, tout seul chez lui, sur son 4 pistes. Il a probablement dit "ça sonne comme une sucrerie", parce que c'est quelque chose que Tim dit volontiers.

Curieusement, à cette époque là, j'ai rencontré une fille du nom de Rosie, et j'ai découvert complètement par hasard qu'elle avait suivi des cours avec Tim Howard. "Je pense qu'il éprouvait quelque chose pour moi", m'a-t-elle dit. Je l'ai dit à Tim. "Oh, oui, j'étais fou d'elle", m'a-t-il répondu.

"Cette chanson n'a rien à voir avec ça," précise Tim.


Propos recueillis par Guillaume et Jean-Charles
Merci à Gildas et David, pour l'aide à la traduction

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals