Songs of Green Pheasant - Aerial Days

album de la semaine du 20/12/2006, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SONGS OF GREEN PHEASANT - Aerial Days
(Fat Cat / PIAS) - acheter ce disque

SONGS OF GREEN PHEASANT - Aerial DaysDuncan Sumpner est un garçon très modeste : il fut le premier surpris lorsque Fat Cat lui proposa de sortir ses démos sous la forme d'un court album, "Songs of Green Pheasant", qui précéda "Aerial Days". Sa musique, elle aussi, est très modeste : l'idée même d'attaque instrumentale, sur ce nouveau disque, est sans cesse remise en cause par un travail de production qui nivelle toutes les pistes pour en privilégier la texture. Un album substantiel, donc. Sur une palette assez large d'influences, notre faisan vert fait feu de tout bois : il emprunte ponctuellement à l'electronica pour introduire des morceaux à la rythmique flottante, les guitares sont sans cesse manipulées pour mieux alléger des accords désincarnés, et les rares cordes frappées sont celles d'un piano discret. Ajoutez à cela une voix qui module sa hauteur dans la pure tradition monacale (et ce n'est pas une image, on se croirait vraiment dans un couvent aux mâtines sur "Remembering and Forgetting"), et vous aurez un album entre rêve et mysticisme, qui pourtant ne s'écoute jamais religieusement. Au contraire, on se laisse porter par ces vignettes éthérées qui ne ressemblent à rien de connu ; on n'est ni au paradis ni en enfer, l'album n'offre une vision ni optimiste ni sombre, juste un flottement, seulement perturbé par le "Dear Prudence" dont la familiarité constitue un brusque retour sur Terre. Enfin, sur Terre, c'est beaucoup dire, tant ces "Aerial Days" portent bien leur nom de bout en bout, et même les Beatles restent en suspension, dans une version psychédélique qui évoquerait plus volontiers Pink Floyd, tandis que "Wolves Amongst Snowmen" rappelle Flying Saucer Attack et les plages planantes de "Further" ou de "Less Is More".
Entre austérité et psychédélisme donc, Songs of Green Pheasant livre un folk froid mais pas givré, lancinant et toujours classieux, qui transporte l'auditeur vers des contrées à peine explorées par ses collègues Montgolfier Brothers, autres spécialistes de la lévitation folk. Mais, contrairement à ceux-ci, Duncan Sumpner ne cède rien à la mélancolie ou au mal de l'air, et reste dans une neutralité troublante qui, après quelques écoutes, devient franchement envoûtante.

David Dufeu

Pink by White
Remembering and Forgetting
Wolves amongst Snowmen
Stars from Birds
Dear Prudence
Wintered
Brody Jacket


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews