South San Gabriel - Welcome, Convalescence

21/01/2004, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SOUTH SAN GABRIEL - Welcome, Convalescence
(Munich Records / Socadisc)

SOUTH SAN GABRIEL - Welcome, ConvalescenceSouth San Gabriel (le village) était une petite communauté texane déplacée à la fin du 19ème siècle de deux kilomètres vers le nord pour permettre à une ligne de chemin de fer de passer sur son territoire. Elle y perdit son nom, son âme et finalement ses habitants. South San Gabriel (le groupe) est le side-project du pléthorique Will Johnson, déplacé de l'indie-rock aigre et plaintif de Centro-matic, son groupe habituel, vers des territoires electro-folk plus amples et plus organiques. Mais à la différence de son homologue villageois, la migration (définitive ?) de ce San Gabriel est une bénédiction et personne, à commencer par vous et moi, n'y perd quelque chose. "Welcome, Convalescence" n'est pourtant pas plus listener-friendly que les disques de Centro-matic, on y trouve son lot de dissonances volontairement irritantes (les bûches qui crépitent sur "Everglades" au point d'envahir tout l'espace sonore), de guitares qui mordent et ne lâchent pas leur prise (le final de "The Splinter Angelic") et de surcroît, Will Johnson n'est pas le meilleur chanteur de l'histoire (rajoutez à cela qu'on a déjà entendu des disques plus joyeux). N'empêche que. Sous sa pochette parsemée de gravures d'animaux vaguement auduboniennes et son titre énigmatique se cachent certaines des meilleures chansons d'alt-country (whatever that is) jamais écrites jusqu'au prochain album de Califone, imprégnées d'une esthétique très low-fi mais dont les arrangements se déploient comme une aurore boréale. Le lent crescendo au piano de "St Augustine", l'éprouvante suicide ballad "Like a Madman" et surtout la rage incandescente qui émane de "Smelling Medicinal" (maracas qui bruissent comme des grillons, mellotron martial, chœurs de blizzard) font de ce disque un compagnon idéal des insomnies post-rupture, permettant d'attendre avec plus de sérénité une convalescence qui sera effectivement bienvenue.

Jean-Christophe

New Brookland
St Augustine
Smelling medicinal
Everglades
Like a madman
Evangeline
Ariza/284
The splinter angelic

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews