Sr. Chinarro - Interview

30/04/2003, par Fred Tuc | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

 

La critique est souvent très élogieuse à l'égard de Sr. Chinarro. Le public suit-il bien ? Quels sont les pays les plus réceptifs à ta musique ?
Je suis beaucoup plus reconnaissant aujourd'hui. Une fois que j'ai accepté le poids de l'industrie et des relations interpersonnelles toujours troubles, je trouve incroyable qu'on me fasse un compliment comme ça, que cela vienne des critiques ou du public : c'est pareil (les premiers sont moins nombreux).
Je n'imagine pas mes disques dans d'autres pays. Quand je lis que l'un d'eux s'y trouve, ça me semble être un récit mythique internaute.

Chanter en Espagnol pose-t-il un problème pour s'exporter ?
"Trescientos Millones" était le nom d'un programme télévisé hispanophone. L'Amérique du Sud est en outre le territoire que j'aimerais le plus visiter. Je ne serais pas contre le fait que les chansons soient "doublées" en Français ou en Anglais. J'ai parfois pensé à ça pour arrêter de chanter, plus que pour l'exportation.

On dit souvent qu'un groupe qui ne chante pas en Anglais a moins de chances de réussir à l'étranger, sous prétexte que les paroles ne seront pas comprises. Or, en France par exemple, rares sont les personnes qui comprennent parfaitement l'Anglais. Comment analyses-tu ce paradoxe ?
Incroyable : je n'ai pas d'explication. Paradoxalement. Ou alors c'est que ces musiques sont nées ici comme les hamburgers et devraient être nommées en anglais. Ou alors elles sont nées à Hambourg ? Ou alors la musique n'est née nulle part ? Ou alors, chaque poésie a son propre langage ? Je n'ai pas d'explication.

Que penses-tu de la sensibilité de la France aux musiques espagnoles et inversement ? Les Espagnols ne sont-ils pas plus curieux de ce qui se passe en France que l'inverse ?
Je ne sais rien de ça non plus. Je demanderai aux gens de la banlieue.

Tu as la réputation de changer souvent de musiciens. Est-ce toujours vrai et est-ce un choix artistique délibéré ?
Ce n'est pas intentionnel. Se renouveler ou mourir. Vivre de la musique ou vivre d'un travail. Je préfère les quatre à la fois, rien de plus. Il y a des gens que cela épuise et qui s'en vont.

Des voix féminines se sont faites entendre sur certains albums. Une certaine Sandra par exemple. Pourquoi avoir abandonné ce mariage des voix masculines et féminines ?
Je le reprendrai sans doute. Une candidate ?

Quelles sont tes principales sources d'inspirations et comment procèdes-tu pour composer tes morceaux ?
L'été, la jalousie, le si mineur, des bourdonnements divers et variés, un folklore antipathique, les disques que j'aime et moi aussi.

Des concerts sont-ils prévus en France ?
Non, j'en serai ravi quand ce sera possible.

Propos recueillis par Fred
Merci à Andrea

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals