Supercilious - Supercilious par Supercilious

20/12/2004, par Guillaume Sautereau | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SUPERCILIOUS

Dixième sortie du label Monopsone, ce "Next Time We Go Sublime" est avant tout l'oeuvre d'Alexandre Vaudin, tourangeau aux idées larges. Une oeuvre protéiforme, toute en contrastes et en surprise. Pour nous guider à travers ce labyrinthe de onze morceaux, il fallait bien son auteur, aidé de ses petits camarades dessinateurs ou photographes...

Matriarcal society
Un morceau composé alors que j'étais sur la lecture du Scum manifesto, manifeste féministe très radical de Valerie Solanas, qui dans l'ensemble était une personne qui n'inspirait pas la franche gaudriole... ça a dû influencer !...
Cette madame a terminé ses jours en prison pour avoir attenté à la vie d'Andy Warhol, coupable de représenter à ses yeux "l'art masculin et bourgeois", histoire également de vérifier si des fois le bonhomme n'aurait pas été en plastique ! Ca, je trouve ça génial... Sinon concernant le morceau en lui même, ça m'a plutot amusé de créer une atmosphère sombre, martiale et agressive en la faisant se télescoper avec des violons assez romantiques et une voix toute douce... j'ai lu un papier dans lequel l'auteur racontait que c'était un peu comme essayer d'arrêter un char avec un bouquet de fleurs... ça m'a bien plu ça... c'est le seul morceau chanté de l'album ou Yucky Yummy n'est pas là. C'est Fabienne, une copine, qui s'y est collée sur ce coup-là...

Give Us Back to the Witches
Les dessins, pour illustrer les morceaux , c'est bien... surtout ceux de mon copain Mathieu.


Ideal Son in Law
Un morceau fait avec mon copain Alban. On voulait à la base faire un morceau qui évoque un monde merveilleux où le soldat serait troubadour... très réussi non ?
Je pense que c'est le morceau idéal pour passer sur les grandes ondes, devenir très riche, et passer ses week-end à siroter des cocktails multicolores dans des hôtels luxueux entourés de jeunes naïades méditerranéennes... d'où le titre.

Back to the Old Summer Holidays
Les dessins, c'est vraiment bien, et ceux de mon copain Mathieu, je vous raconte pas.
Téléchargez le MP3


A Huge Nice Place for No One
Une fois l'instru fait, j'avais laissé de la place pour la voix. Problème : zéro idée de mélodie... Heureusement Yucky Yummy est merveilleuse et m'a donné la leçon en moins de deux... J'aime assez lorsque les voix représentent une apparition dans l'univers crée par le morceau, c'est pourquoi elles arrivent parfois à la fin ou en plein milieu, pour disparaître comme elles sont apparues... une sorte d'impression...

Energy Has Forgotten My Arms
Je vous ai déja parlé des dessins de mon copain Mathieu ?
Téléchargez le MP3

     

Three Points
J'avais à la base fait ce morceau pour le projet que je partage avec Stupid Dog (Superstupid). Stupid Dog, vous le connaissez peut-être sous ce nom (si c'est pas le cas, sachez juste que c'est le DJ le plus talentueux que j'ai vu et un compositeur électro phénoménal ) ou sous celui de Vox Populi, avec lequel il a sorti un disque énorme l'année dernière ("As I Lay Dying" chez Jarring Effects). La compilation dont devait faire partie le morceau n'a pas pu voir le jour, et comme j'ai un certain attachement pour le morceau, je l'ai gardé pour l'album. Je trouve qu'il joue un rôle assez intéressant dans l'architecture du disque. Stupid Dog a mis sa petite touche en programmant la baisse progressive du tempo, il trouvait que c'était mieux comme ça et il avait raison.

Marion Spike
Ce morceau s'appelait à la base Marlen Spike, et, grâce à lui, j'ai retrouvé une très vieille amie de lycée, qui m'a fait un très beau compliment dessus, et comme cette amie est vraiment chouette, j'ai changé le nom du morceau... et vu qu'elle s'appelle Marion et pas Marie France, c'était pas dérangeant. Vous imaginez ? "Marie France Spike" ?... Pas très glamour tout ça...

Juliette
C'est quand même un bien joli prénom quand on y pense non? C'est un peu l'"instant Nutella" de l'album, un morceau tout naïf et love love pour ne pas oublier qu'à 14 ans j'étais fan de plein de groupes indies, comme ceux de chez Sarah records... ahhhh le groupe Heavenly !!... j'adorais ça... C'était un label de Bristol je crois, ce qui me permet d'introduire avec fluidité et élégance la première photo de mon copain Oneup, justement basé à Bristol, photo qui illustre bien le morceau je crois (vous pouvez d'ailleurs trouver ses autres photos sur ce site)


Dust didn't Aswer
Le deuxieme morceau avec Alban. Pour info et puisque personne n'y comprend jamais rien, les petites voix disent "I will find chance" et je trouve ça très joli.
Le morceau tient son nom d'un bouquin de Fante "Ask the dust" qui est un des plus beaux livres que j'ai lus... Musicalement, toujours cette idée de télescopage entre différents univers, et cette idee d'urgence provoquée par la relation bruit-mélodie ; finalement le petit robot n'a pas la chance espérée, il s'eteint un peu comme HAL, et ça, ça vaut bien une photo de Oneup pour illustrer.


Senior Alec Thompson
comme vous aurez pu le constater, il y a de la guitare à la fin, car j'ai un passif de guitariste dans 2 ou 3 groupes d'adolescence, avec des solos en bout de manche en veux-tu en voilà, et puis tout l'attirail, surtout les poignets en mousse... j'ai dû arrêter ma carrière prometteuse de guitar hero lorsque j'ai pris quelques kilos et que je ne pouvais plus enfiler mon jean moulant... trop dur...

Propos recueillis par Guillaume.
Merci à Denis.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews