Superflu - La Chance

25/04/2007, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SUPERFLU - La Chance
(Top5records / Les Productions Spéciales) [site] - acheter ce disque

SUPERFLU - La ChanceRemontons en 1997. Miossec et Dominique tiennent le haut de l'affiche, Murat fait déjà du Murat depuis longtemps, Holden balbutie et Tue-loup jouit pour un temps des honneurs des Inrocks. Superflu qui se situe un peu au carrefour de tout ce beau monde sort "Et puis après on verra bien", un premier disque intimiste qui révèle la plume acide de Nicolas Falez. Suit en 2000 "Tchin Tchin", puis plus rien pendant sept ans. On croyait Superflu enterré, victime de la casse industrielle des groupes qui ne font pas de tubes. Et bien, non. Les revoilà, bravant le sort avec leur 10 000 albums vendus, leur faible notoriété et les vicissitudes de la vie de groupe (doute, changement de personnel, rupture de contrat...). Aujourd'hui, la persévérance paye comme l'indique "La chance", leur troisième album en gestation depuis deux ans. Dès les premières notes, quelque chose d'immédiatement familier émane de ce disque : des mélodies tranquilles aux bouffées anglo-saxonnes, un chant feutré masculin et féminin, des textes doux-amers mais pas mièvres. Après deux titres qui plombent l'ambiance, l'album trouve son rythme de croisière avec "Quand homme blanc coupe du bois" à l'humour aiguisé. "Chamaloc" reste à ras de terre. Puis, Superflu empile les bonnes chansons comme un collier de perles : "Je vais plutôt bien", "La femme qui cache la forêt", "J'ai encore la fièvre", etc. Des petits bijoux de chansons rock à la française, subtiles et décomplexées. Pendant ce temps, la production du disque monte en puissance, le son s'étoffe, les mélodies s'épanouissent avec une certaine aisance et les guitares travaillent du manche. Il serait idiot de voir en Superflu un groupe de plus qui ânonne devant son micro ses petits tracas du quotidien. Non, la tendresse vacharde des textes et l'ambition des compositions montrent que le groupe mérite sa place sur les ondes de France Inter et dans quelques festivals. Certes toujours un peu coincé entre deux têtes d'affiche mais qu'importe, Superflu va plutôt bien, merci pour lui !

Luc Taramini

Le vide est de retour
La Chance
Quand homme blanc coupe du bois
Chamaloc
Je vais plutôt bien
La Femme qui cache la forêt
Appelle-ça sommeil si tu veux
Miracles
J'ai encore ta fièvre
Nombril
Le Monde entier
Une Lumière neuve (pour cette vieille nuit)


les derniers articles


»» tous les articles
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews