Swell - Everybody wants to know

18/07/2001, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SWELL - Everybody wants to know
(Beggars banquet/Labels)

SWELL - Everybody wants to knowÉvacuons le problème une bonne fois pour toutes, afin de ne plus avoir à y revenir : Swell n'existe plus. Monte Vallier ayant définitivement quitté le duo avec armes et bagages, l'entité qui sera désignée dans ces lignes par commodité sous le nom de "Swell" se réduit désormais au seul David Freel. Au chapitre des nouvelles encourageantes, ajoutons que les spectateurs du concert de "Swell" au dernier Printemps de Bourges échangeaient paraît-il les regards consternés de ceux qui ont vu leur groupe préféré en phase de liquéfaction terminale (la scène n'ayant jamais été, cela dit, le point fort des californiens). Autant dire qu'on n'attendait pas grand-chose de ce nouvel album - ce qui permet à David Freel de sauver sa tête de justesse.

Pour être honnête, un bon tiers du disque est à jeter : deux morceaux qui se ressemblent, tant par leur titre que par la banalité de l'écriture et de l'interprétation ("Try me" et "Call me") et un instrumental qui vient de nulle part et y retourne aussi sec. Le reste est du Swell pur jus, avec ce don inimitable d'envelopper l'auditeur dans des mélodies sinueuses et envoûtantes, pour mieux le transpercer d'un trait de guitare lancinant ou d'un break inattendu. Tout le plaisir, quasiment physique, qu'on trouve à la musique de "Swell" est là, dans cette alternance entre des phases de léthargie trompeuse et des moments de pure excitation. Qu'importe alors si David Freel est assez feignant pour reprendre sans vergogne deux compositions parues cet hiver sur le EP "Feed" ("Someday always comes ", dans une version d'ailleurs bien supérieure à la précédente et "Like poverty") ou pour glisser dans le morceau-titre quatre idées de bonnes chanson sans en développer une seule. Même si ce groupe s'effeuille comme une marguerite, le coeur qui subsiste brille parfois autant que le Golden Gate Bridge quand la brume s'estompe sur la baie de San Francisco. Et cela nous suffit.

Jean-Christophe

This story
Someday always comes
Like poverty
I don't think so
East N West
Eveybody wants to know
Call me
Try me
Why not

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews