V/A - Talitres is 5

album de la semaine du 11/10/2006, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

V/A - Talitres Is 5
(Talitres / Differ-Ant) - acheter ce disque

V/A - Talitres Is 5Talitres a cinq ans, et pour célébrer ce passé réunit sur une double compilation son présent et son avenir : un premier disque d'artistes signés sur le label bordelais, le second d'artistes chers au label, et à Sean, son grand manitou. Voilà un concept qui fait preuve d'ouverture.
Le premier disque, sous la tutelle des vétérans Wedding Present, est un joli panel de ce que le label propose depuis donc cinq ans. Douze titres hétéroclites défilent, qui sont autant de facettes de la pop indépendante d'influence anglo-saxonne de ces dernières années. Tantôt eighties (The Organ, peut-être pas ici leur meilleur titre, mais toujours soigneusement smithien, ou The Birdwatcher), tantôt sixties (The Walkmen, et cette voix dylanienne qui, paraît-il, est très très énervée sur scène), souvent intimiste, avec quelques noms qui ont compté ces dernières années dans le paysage sonore qui nous est cher (Piano Magic, Early Day Miners, Elk City) ou dont on se dit qu'ils pourraient plus compter (Calla ou That Summer, pour ne citer qu'eux), comme bilan en cinq ans, on a fait pire.
Le second disque laisse entrevoir ce que pourrait être l'avenir du label, ou montre au moins les fantasmes artistiques de Sean. Comme le volume un, celui-ci mélange les genres, tout en gardant une impeccable ligne de conduite mélodique : pop classique (Pela, très classe, The Weeds of Eden) ou structure crescendo puissante (Carlosound), avec toujours une prédilection pour les voix douces et les arrangements subtils (l'entêtant "The Longest Way" de Film School, ou Marissa Nadler). La perle revient au tout dernier titre, signé des nouvelles recrues du label, iLiKETRAiNS : superbe et puissant, un peu dans la lignée d'Interpol ou d'I Love You But I've Chosen Darkness avec une voix à la Nick Cave, le titre semble annoncer l'avenir du label - on l'espère, à moins que ce ne soient les deux titres technoïdes (Caruso et Hood), beaucoup plus dispensables, et même assez incongrus ici, qui définissent les nouvelles orientations. Toujours est-il que ces quelques propositions de pop pour le XXIème siècle sont toutes suffisamment enthousiasmantes pour justifier l'attachement à Talitres, et la foi en une certaine musique indépendante, faite de curiosité, d'exigence qualitative, d'innovation et de diversité.

David Dufeu

CD1 :
The Wedding Present, American Tan
Calla, Astral (Acoustic Version)
The Organ, Let the Bells Ring
Tex La Homa, Nowhere to Run
That Summer, Simon Nardis
The Walkmen, Clementine
Dakota Suite, the Darkness of Moon (Alternative Version)
Piano Magic, I Have Moved Into the Shadow
The Birdwatcher, We Can't Live This Way Anymore
Early Day Miners, How to Fall
Elk City, My Type of Criminal
The Wedding Present, Shivers

CD2 :
Pela, Episode (Diphenhydramine)
Carlosound, My New Kind of Beauty
Film School, Longest Way
Hood, When We Wait All the Tables
Marissa Nadler, Your Dreary Days Are Dead
The Weeds of Eden, Undone
Hot Gossip, Real Mess
Caruso, Instrumental One
iLiKETRAiNS, A Rook House for Bobby

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals