The National - The National

album de la semaine du 17/07/2002, par Jan Fiévé | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE NATIONAL - The National
(Brassland / Limonade)

THE NATIONAL - The NationalL'Amérique toute-puissante n'a décidément pas fini de nous surprendre. Marchande de rêves sans accrocs passée reine dans l'art de nous faire prendre des vessies pour des latrines, la patrie de Limp Bizkit et Whitney Houston est aussi le berceau d'une foultitude de beautiful losers experts en chansons tordues. Pour preuve, l'arrivée des nouveaux venus de The National.
Originaires de L'Ohio mais exilés à Brooklyn, terre d'accueil des cowboys apatrides de tout poil, ces quatre valeureux pequenots aux souliers forcément crottés nous présentent aujourd'hui leur premier opus, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ces audacieux garçons n'ont pas peur de mettre la main à la pâte. A croire que le travail à la ferme, ça vous forge une volonté de fer ! Non contents d'écrire et de produire tout seul leur album éponyme, les frères Devendorf et leurs trois acolytes (anonymes) ont même été jusqu'à créer leur propre label, Brassland, pour permettre à tout un chacun de savourer cette folk alternative au délicat parfum boisé. Et au regard du résultat, on ne peut que les féliciter d'une telle initiative.
Leur musique hiératique, dépouillée au possible, a des relents improbables de western zen. Imaginez donc une seconde un clip de Johnny Cash filmé par Kurosawa. Ou plutôt non, n'imaginez rien et laissez vous transporter par cette country céleste qui a déserté le plancher des vaches pour venir tutoyer des tourbillons de poussières en furie. La haut, les guitares en bois de cageots sonnent comme du cristal, et des mains rugueuses pleines d'échardes prodiguent des caresses qu'on croyait oubliées à jamais. A coup sûr, les amoureux nostalgiques d'un grand Ouest mythique n'ayant jamais existé vont apprécier ce délicieux manque de délicatesse que ne renieraient pas Joey Burns et Howe Gelb. Les autres, pieds tendres indécrottables, se consoleront avec Eminem. A chacun son Amérique.

Jan

Beautiful head
Cold girl fever
The perfect song
American mary
Son
Pay for me
Bitters & absolut
John's star
Watching you well
Theory of the crows
29 years
Anna Freud

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews