The Sixths - Hyacinths and Thistles

13/12/2000, par Guillaume Sautereau | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE 6THS - Hyacinths and Thistles
(Merge)

THE 6THS - Hyacinths and ThistlesCe n'est pas faute d'avoir essayé, mais j'avoue avoir baissé les bras devant les "69 Love Songs" sorties l'an passé par Stephin Merritt sous l'étendard Magnetic Fields et distribuées par ici récemment. Pourtant, il est très bien ce triple album. Ceci dit, celui-ci n'est pas mal non plus. Le principe, c'est que Stephin Merritt compose, et que d'autres interprètent. Si le premier volume comportait (entre autres) une contribution de Robert Scott, des Bats (raaah, les Bats !) ou de Dean Wareham de Galaxie 500/Luna, le second propose un sympathique plateau, jugez plutôt : Bob Mould, Momus, Dominique A, Neil Hannon, Gary Numan... C'est ce bon vieux Momus qui ouvre le bal sur un court titre en pointillés intimistes, comme aux plus beaux jours. Ensuite, petite incursion électro pop avec Sally Timms, puis premier gros choc : la transformation de Bob Mould en crooner déglingué, entre Tom Waits et Neil Hannon. Impressionnant. Que vais-je faire à sa chanson ? doit se demander la vieille Melanie. Du bien, plutôt... même si elle est balayée par le chef-d'oeuvre de ce disque, "Just Like A Movie Star", poussé par un Dominique A. au mieux de sa forme (et dont l'accent anglais progresse de collaboration en collaboration...), malgré une fin qui s'éternise un tout petit peu. Ensuite, on reprend son soufle le temps de quelques petites chansons douces qu'auraient pu nous chanter notre maman (mention spéciale à Sarah Cracknell, sur "Kissing Things") et puis, paf, voyage dans les années 80 avec Gary Numan. C'est sympa, mais... finalement, l'an 2000, c'est pas mal non plus. "Waltzing Me All the Way Home", plutôt années 30-40, est de toute façon sans pitié : "You'll Find a Lover who Looks Like your Mother". Brrrr. Pour finir, on a droit aux charmantes sucreries que sont "You You You You You" et "Oahu" (dont la fin s'éternise également, mais c'est fait exprès). Stephin Merritt est donc définitivement très très fort : pygmalion impeccable au volant de sa capsule temporelle, un instant Spector, celui d'après Kraftwerk, et tout autre chose quand ça lui chante. Un poil moins essentiel que son prédécesseur, ce second album de the 6ths, mais la grand classe quand même.

Guillaume

As You Turn To Go (w/ Momus)
Give Me Back My Dreams (w/ Sally Timms)
He Didn't (w/ Bob Mould)
I've Got New York
Just Like A Movie Star (w/ Dominique A)
Kissing Things (w/ Sarah Cracknell)
Lindy-Lou (w/Miho Hatori)
Night Falls Like A Grand Piano (w/ Clare Grogan)
The Dead Only Quickly (w/ Neil Hannon)
The Sailor in Love With The Sea (w/ Gary Numan)
Volcana! (w/ Marc Almond)
Waltzing Me All the Way (w/ Odetta)
You You You You ou (w/ Katherine Whalen)
Oahu (w/ Miss Lily Banquette)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews