Tigran - Interview

03/10/2013, par Luc Taramini | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

 Tigran portait 2

Ovni, bulldozer, déferlante ou typhon ? Depuis qu'il est apparu sur la scène jazz internationale, le jeune pianiste arménien émigré en Californie ne tient pas en place, repousse les barrières, transgresse les codes d'un genre parfois un peu engoncé dans son costard. Dans son nouveau disque "Shadow Theatre", il explore encore plus les croisements entre le jazz, le folklore arménien, l'électronique, la vidéo expérimentale. Un disque foisonnant, poétique et nerveux à l'image du garçon pressé qui n'a aucun mal à conquérir un public plus large comme lors de son concert sous la grande Halle de la Villette début septembre.

 

Le titre de ton album, "Shadow Theatre",  fait référence à un spectacle traditionnel populaire en Arménie. Quel en est le principe ?

Le principe c'est de faire comprendre des choses sur la vie et les relations humaines au moyen du rire.

 

Pop, jazz, électro, classique, musiques traditionnelles indienne et arménienne… comment gères-tu toutes ces influences pour composer ?

J'essaie de relier tous ces points en gardant ma propre vision.

 

Te considères-tu comme un simple "jazzman" ?

Je me considère comme un guitariste qui, par chance, a appris le piano.

 

Quels sont les groupes ou artistes que tu écoutes et qui t'intéressent en ce moment ?

Buke & Gase, Meshuggah, Arve Henriksen, Norayr Kartashian, ils m'inspirent et me rendent heureux.

 Tigran portrait 3

Ton nouvel album sonne plus pop, est-ce un choix délibéré ? Si oui pourquoi ?

C'est le premier album qui bénéficie d'une telle production. J'ai passé beaucoup plus de temps sur cet enregistrement que sur les précédents. Quand je décide d'enregistrer un disque, je choisis les chansons que j'ai écrites et que j'aimerais jouer (cela dépend de mon état d'esprit et des émotions du moment) en veillant à la cohérence de l'ensemble.

 

Comment es-tu parvenu à créer cette cohérence d'ensemble entre les morceaux traditionnels réarrangés et les compositions plus jazz ?

Pour moi les chansons traditionnelles sont des standards que j'essaie de visualiser dans mon univers.

 

Le chant te demande-t-il un effort particulier, toi qui es avant tout pianiste et improvisateur ?

Oui c'est dur. Particulièrement de chanter et de jouer en même temps.

 

L'image fait partie intégrante de ce nouveau projet (bel artwork du disque, vidéos sur scène… ). Pourquoi ce besoin de donner une dimension visuelle à ta musique ? 

Les gens me disent souvent que ma musique est visuelle. J'aime collaborer avec des artistes spécifiques pour chaque projet spécifique . Dans ce cas, avec Karen Mirzoyan et Ruben Van Leer.

 Tigran portrait 1

Comment ont eu lieu ces rencontres ?

J'ai rencontré Karen à L.A. grâce à un ami bassiste. Je lui ai alors demandé s'il ferait des photos pour mon nouveau disque et s'il réaliserait une vidéo musicale. Il a dit oui.

Il m'a montré ses séries de polaroïds et j'ai adoré le fait qu'il peigne dessus. 5 mois après ce premier rendez-vous, on a fait les prises pour notre fameux film musical itinérant "Gone Wrong".

Ruben m'a envoyé un e-mail pour me dire qu'il avait aimé mon EP#1 sorti fin 2012 en France et qu'il voulait collaborer avec moi. Les choses se sont accélérées lorsqu'il a réalisé la vidéo d'une de mes chansons et qu'ensuite il a fait les vidéos live pour le concert à Paris. J'aime ce qu'il fait. J'aime le fait que Ruben et Karen repoussent les limites pour ouvrir de nouvelles portes et développer quelque chose de spécial.

 

A la Villette je t'ai vu te métamorphoser en DJ électro derrière des machines, il était où le jazzman à ce moment-là

La musique improvisée peut avoir plusieurs formes et sonorités mais ça reste de la musique improvisée. Jouer du jazz signifie pour moi être un "maître improvisateur" quel que soit le support.

 

Sur scène tu chantes, tu joues du piano, tu diriges, tu changes de claviers, tu te déplaces… d'où vient cette énergie inépuisable ?

Je suis comme cela depuis que je suis gosse.

 Tigran portrait 4

Tu viens de sortir un disque pour lequel tu vas tourner quelque temps. As-tu déjà d'autres projets en perspective ?

J'ai plein de projets dont je ne peux pas encore parler. Je compose constamment.

 

Qu'est-ce qui dans ta personnalité est très "arménien" ? Ce petit pays est mal connu et souvent pour de mauvaises raisons, qu'est-ce qui te plaît le plus en lui ?

Mon accent. Je n'aime pas trop quand les choses sont trop connues parce qu'alors elles perdent leur charme et leur caractère et finissent par disparaître. 

Merci à Thomas, Stéphanie et Claire

Photos :Karen Mirzoyan

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews