V/A - Tombés pour Daho

01/04/2008, par Christophe Patris | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

V/A - Tombés Pour Daho
(Discograph) [site] - acheter ce disque

V/A - Tombés Pour DahoOn avait fini par croire Étienne Daho intouchable. Entrés dans l'inconscient collectif, des tubes aussi énormes que "Tombé pour la France", "Bleu comme toi" ou "Duel au soleil" semblaient devenus prisonniers de leur propre finitude, impossibles à dépasser. Qui aurait jamais osé s'attaquer à "La Baie", au "Grand Sommeil" ou aux "Heures hindoues", si ce n'est le Rennais lui-même ? Daho n'a pourtant jamais été avare de collaborations, de Bill Pritchard à Françoise Hardy, en passant par Air, Fischerspooner, Elli et Jacno, les Comateens, Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg ou encore Dani. Face à l'absence de reprises de ses chansons, Daho n'a jamais hésité à désacraliser ses propres tubes. En les triturant sur scène au fil des tournées, mais également en les confrontant à d'autres ("Weekend à Rome" transformé en "Accident" sur l'EP Saint Etienne Daho, "Quelqu'un qui me ressemble" offert à Sylvie Vartan, etc.). Mais d'hommages, de reprises, de clin d'oeil... Rien. Il aura fallu attendre vingt-sept ans pour que quelqu'un daigne enfin se confronter au maestro. D'entrée de jeu, la désarticulation totale de "Tombé pour la France" par Doriand, transformé pour l'occasion en ballerine de boîte à musique, laisse sans voix. Trituré par Ginger Ale, "Le grand sommeil" devient une comptine électro-pop irrésistible, tandis que Sébastien Tellier fait valser les "Heures Hindoues" sur la vague "Sexuality", façon Éric Serra. Sébastien Schuller transforme "Duel au soleil" en sanglot magnifique. Readymade FC, de son côté, flirte gentiment avec les cordes et les choeurs d'Henry Mancini ("Soudain"), laissant Dominique Dalcan rendre hommage à "Moon River" avec "La Baie". Ceux qui n'ont plus rien à prouver (Elli, Jacno, Turboust, Biolay), se démarquent par le choix atypique des titres ("On s'fait la gueule", "Jungle Pulse", "La ballade d'Edie S."). L'apothéose du disque, pourtant, est ailleurs. En osant s'attaquer à "Paris le Flore", cet instant de grâce le plus casse-gueule de la carrière de Daho, Avril signe un nocturne obsessionnel postmoderne et magistral, culminant avec l'apparition fantomatique de Mastroianni et de Monica Vitti, échappés du "Dramma della Gelosia" d'Ettore Scola. Le "Love at First Sight" des débuts a beau être devenu définitivement méconnaissable, le coup de foudre originel, lui, est plus brûlant que jamais. Ces quinze reprises brillantes le prouvent : Daho a signé les standards francophones de la pop moderne.

Christophe Patris

Doriand - Tombé pour la France

Ginger Ale - Le grand sommeil
Sébastien Tellier - Des heures hindoues
Jacno - On s'fait la gueule
Olivier Libaux & JP Nataf - Épaule tattoo
Benjamin Biolay & Elli Medeiros - Les bords de Seine
Daniel Darc & Frédéric Lo - Promesses
Readymade FC - Soudain
Avril - Paris le Flore
Jean-François Coen - Bleu comme toi
Elli Medeiros - Jungle Pulse
Arnold Turboust - La ballade d'Edie S.
Coralie Clément - Vis-à-vis
Sébastien Schuller - Duel au soleil
Dominique Dalcan - La baie

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals