Trashcan Sinatras - Fez

01/10/2005, par Guillaume Sautereau | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

TRASHCAN SINATRAS - Fez
(Bobame Recordings) [site] - acheter ce disque

TRASHCAN SINATRAS - FezComme ce n'est pas demain la veille que les Trashcan Sinatras viendront jouer sur une scène française - et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé de les faire venir -, il faut se précipiter sur cet album fleuve - vingt-et-un titres - enregistré lors de deux soirées de concerts acoustiques au Fez de New York, devant un public enthousiaste (on le comprend).
Ce n'est bien entendu pas la seule raison. Au milieu d'une tournée des Etats-Unis, le groupe écossais s'installe au Chelsea Hotel, débranche les guitares (enfin, presque), croise Ethan Hawke dans l'ascenseur et retravaille l'ensemble de son répertoire. Au menu, délicates percussions, guitares acoustiques et harmonie de voix pour une ambiance "coin du feu" presque intime.
S'il y a un reproche à faire à "Fez", évacuons le bien vite : à l'instar de la majorité des titres de "Weightlifting", dernier album en date, il vaut mieux réserver ce disque aux réveils en douceur tant la part belle est ici faite à la ballade d'apparence neurasthénique. Il faut dire que les Ecossais sont des orfèvres en la matière. Le ton est donné dès le premier morceau, "Easy Read". Privée du panache des violons de sa version studio mais toujours portée par la caressante voix de Francis Reader, cette fabuleuse pop-song gagne en chaleur et en douceur, maîtres-mots sur ces vingt-et-un titres piochés parmi tous les disques du groupe, du sucré "Cake" à "Weightlifting", en passant par le chef-d'oeuvre "I've Seen Everything". Avec tout de même, au passage, quelques curiosités : "Drunken Chorus", à l'origine face B du premier single du groupe, "Obscurity Knocks", et "In Capitals", rescapé des sessions avortées de ce qui allait devenir "Weightlifting", seulement publié sur quelques bootlegs et la deuxième compilation de vos serviteurs.
Après l'enchaînement sans faute de "Earlies" à "Weightlifting", cette leçon de songwriting s'achève avec un splendide "The Therapist", sur ces mots : "Time is up. Bye bye, see you later on". De la part d'un groupe resté silencieux huit ans entre ses deux derniers albums, ces propos de circonstance sont à méditer. On espère très fort.

Guillaume

Easy Read
All the Dark Horses
Got Carried Away
How Can I Apply
Wild Mountainside
Freetime
The Best Man's Fall
I'm Immortal
Hayfever
Leave Me Alone
Only Tongue Can Tell
What Women Do To Men
Drunken Chorus
You Made Me Feel
Send For Henny
Earlies
The Safecracker
In Capitals
Trouble Sleeping
Weightlifting
The Therapist

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews