Turzi, mauvais (petits) génies ?

01/07/2007, par Luc Taramini | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Quel est le dress code, ce jeudi 28 juin, pour le concert de Turzi ? Cheveux mi-longs et moustaches de dandy, la fine fleur interlope de la capitale s'est donnée rendez-vous à la Boule Noire pour écouter (célébrer ?) ses nouvelles idoles versaillaises, ostensiblement versées dans la musique expérimentale des seventies. A mille lieues des refrains évanescents du duo mondain Air, Turzi a quelque chose de spectral quand il s'empare de la scène après le passage joliment éthéré de Li Lund. A l'image de son jeune commandeur, Romain, le groupe altier et impassible n'est visiblement pas là pour poser crânement mais plutôt pour livrer un combat épique avec les éléments. Comme un tourbillon dont l'épicentre serait la minuscule scène, le groupe fait jaillir de ses instruments un son touffu enveloppant par d'épaisses volutes toute l'assemblée. Rapidement hypnotisé par la frappe martiale d'un batteur en sueur, le public n'a d'autre choix que se dissoudre dans ce mur du son. Etrange sentiment d'ambiguïté: s'agit-il de rythmiques proto-technoïdes, de post-rock bruitiste, d'odyssée krautrock revisitée ? Un peu des trois quoique la partition de Turzi soit plus instinctive que savante, au point que les formes explosent et que les références tombent vite aux oubliettes. Ni spécialement mélodieuse, ni vraiment chantée, ni même particulièrement structurée en thèmes ou en couplet/refrain, leur musique ne poursuit qu'un objectif : la transe, à travers des motifs répétés, alourdis et malaxés jusqu'à l'inaudible. A la fois ravi et effrayé de sa propre création, le groupe joue comme s'il allait engendrer un monstre fascinant. En quittant leur laboratoire éphémère, ces apprentis sorciers savent-ils qu'ils viennent d'impressionner leur petit monde ? A lire aussi : l'interview la chronique de "A"

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews