The Unthanks - Here's the Tender Coming

11/01/2010, par David Vertessen | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE UNTHANKS - Here's The Tender Coming
(Rough Trade / Beggars) [site] - acheter ce disque

THE UNTHANKS - Here's The Tender ComingOn pourrait traduire The Unthanks par "Les non merci". Eh bien voilà deux délicieuses soeurettes qui portent bien mal leur nom de famille, parce que moi, j'en reprendrais bien une petite part, même si j'ai frisé plus d'une fois l'écoeurement, à force de passer en boucle leurs ritournelles de village - de haut vol, je précise ! Après avoir chassé, à coups de chants gaéliques, Charles Ingalls et sa famille, Rachel et Becky Unthank, ont squatté, un temps, La Petite Maison dans la prairie, et y ont composé "Here's the Tender Coming", un album champêtre, à la douceur outrancière. Bien sûr, ce scénario est le fruit de mon imagination, mais ça aurait pu être la vraie histoire de R & B, tant elles semblent tout droit sorties de Plum Creek. En réalité, elles nous viennent d'Angleterre, mais la proximité avec leurs deux voisines celtiques a fortement - pour ne pas dire complètement - influencé leur musique, imprégnée de la tradition irlandaise et/ou écossaise. C'est donc la voix de nos deux Ingalls d'adoption qui constitue le fil conducteur de l'opus. Les ornementations vont bon train, et le timbre fraternel renforce, de plus bel, la sensation harmonique. Ensuite, pour auréoler les canons vocaux, vient se greffer une instrumentation parfaitement calibrée : fidèle à une certaine tradition, mais suffisamment ouverte sur l'extérieur pour ne pas verser dans le folk trad consensuel. Le piano et la harpe, distillés au compte-gouttes, bercent le décor pastoral avec élégance, mais la petite touche ô combien salutaire qui contrebalance la base mélodique foncièrement folk, est sans nul doute la présence parcimonieuse de trompettes et de trombones, ainsi que la reconversion des violons traditionnels, en écrin symphonique ("Lucky Gilchrist" ; "The Testimony of Patience Kershaw" ; "At First She Starts"...), parfois un peu jazzy ("Living by the Water"), voire même exotique ("Not Much Luck in Our House", ballade au ukulélé). Et, pour finir, vous pourrez vous trémousser sur une gigue cachée en fin d'album. Qu'est-ce qu'on dit ? Oui merci.

 

David Vertessen

- acheter ce disque

Because He Was a Bonny Lad
Sad February
Annachie Gordon
Lucky Gilchrist
The Testimony of Patience Kershaw
Living by the Water
Where've Yer Bin Dick ?
Nobody Knew She Was There
Flowers of the Town
Not Much Luck in Our House
At First She Starts
Here's the Tender Coming

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals