Pendant ce temps aux USA... - Giant Sand / Enon / Vue / The Lapse

07/03/2000, par Eric Bensel | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Dans les années 70 quand Marie Osmond chantait qu'elle était "a little bit country" et quand son frère Donny répondait qu'il était "a little bit rock-n-roll," on n'aurait jamais cru que toute une vague de musique indépendente sera née d'après cette formule incongrue. Les disciples les plus fidèles à l'alt-country ne sont bien sûr pas influencés par ces Mormons plastiques; voilà pourquoi ils font un beau mélange des genres. GIANT SAND--ingénieux alchimistes de country/rock depuis une quinzaine d'années--émettent une sorte de poésie inspirée d'un Americana inconnu ou bien oublié. La poésie que l'on n'entend que dans le Sud-Ouest des USA, comme Tuscon, Arizona--pays natal du groupe. On perçoit des échos de Neil Young et des bribes d'un western sombre ("Dusted"). Même quand les guitares s'enragent puis explosent ("1972"), c'est une douce affaire, sans malveillance ni violence. Que c'est beau le soleil dans les yeux !

Giant Sand - Chore of Enchantment

 

A la mort du chanteur Tim Taylor de Brainiac, on a perdu un des groupes les plus originaux et maniaques des années 90. Brainiac joua une sorte de punk pour les dessins animés : infatigablement énergique, infiniment créatif et complètement spasmo-. Après la dissolution du groupe, le guitariste John Schmersal nous offrit un beau disque d'indie pop sous le nom de plume "John Stuart Mill." Avec Believo!, il revisite les bizarreries de Brainiac. Chez ENON, on a des bleeps (mais toujours en contexte de la structure du titre), des éclatements de punk et de belles idées mélangées dans un mixer.

Enon - Believo!

 

C'est beau quand un label se réinvente. Au début des années 90, Sub Pop se forgea une réputation comme LE label grunge. Maintenant il accueille des nouveautés : des blues (Zen Guerrilla), du garage punk (The Makers) et même du glam. VUE résonne des moments plutôt aggressifs de Suede et David Bowie. C'est un retour au rock sexy et passionnant, mais ce groupe de San Francisco sait investir leur musique de quelque chose de tout à fait rafraîchissant et unique.

Vue - s/t

 

New York adore les groupes expérimentaux, hein ? Dans la tradition des légendes Velvet Underground, Television, Sonic Youth et autres, THE LAPSE joue avec les sons et les textures. Non, il ne s'agit heureusement pas de bleeps ni de feedback. Les mélodies bouillonnent dans les veines de THE LAPSE. Toko Yasuda jouait de la basse avec Blonde Redhead, et c'est un beau point de référence. Tout comme BR, THE LAPSE présente des contrastes : voix féminine / masculine, mélodie douce / grattante, rythme régulier / saccadé.

The Lapse - Heaven Ain't Happenin'

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews