Vic Chesnutt, Elf Power and the Amorphous Strums - Dark Developments

album de la semaine du 19/11/2008, par Christophe Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

VIC CHESNUTT, ELF POWER AND THE AMORPHOUS STRUMS - Dark Developments
(Orange Twin / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

VIC CHESNUTT - Dark DevelopmentsComment ne pas avoir le sourire ? Vic Chesnutt est de retour avec un bon disque. Peut-être pas aussi marquant que le précédent, le sublime "North Star Deserter", mais tout de même, indéniablement, un bon disque. Car dans cet album, on peut se réjouir de tout, ou peu s'en faut. Se féliciter de voir revenir l'homme d'Athens (Géorgie) avec sa voix si singulière et son univers drôle et tordu, accompagné d'une joyeuse bande (Elf Power et quelques compères) qui livre des arrangements riches et bordéliques (le dépouillement n'est pas au programme cette fois-ci). Sourire de menus détails comme cet improbable solo de synthé, à la fois kitsch et intense, au début de "Teddy Bear". Passer du punk-rock de "Little Fucker" aux dérives sonores psychédélisantes des deux derniers morceaux (dérives que l'on pardonnera avec une certaine bienveillance) ou se laisser porter par "And How" qui débute doucement mais vous happe progressivement.

Pourquoi ne pas non plus jeter un œil à la pochette ? Dans cette peinture où un squelette, vêtu d'une tunique et d'un chapeau, vient rendre visite à un sage en toge rouge, dans un jardin où se trouvent aussi une chaise pliante plutôt moderne et, jonchant le sol, un gobelet de Pepsi, il y a déjà tout Vic Chesnutt : l'humour et la gravité, le décalage bien sûr, mais aussi une certaine forme de réconciliation des Anciens et des Modernes.

On peut aussi se délecter des paroles de ce disque, toujours aussi décalées et amusantes : on rit à l'écoute de "Teddy Bear" (dont le vers principal déplore qu'"il ne reviendra jamais") ou à celle de "We Are Mean", version incongrue du "Rat des Villles et [du] Rat des Champs ("A la campagne, on a la santé / A la ville, on est maigre / A la campagne, on sourit / A la ville, on est mesquin"). On rit encore plus à l'écoute de l'intraduisible "Bilocating Dog", sorte d'Amélie Poulain à la sauce Chesnutt ("c'est le cas fort curieux du chien au don d'ubiquité"). Et comme les occasions de rire en bonne compagnie ne sont pas si fréquentes, on vous conseillera chaudement ce disque de Vic Chesnutt qui, s'il ne convertit pas des hordes de nouveaux fans, devrait réjouir les amateurs de longue date.

 

Mystery
Little Fucker
And How
Teddy Bear
We Are Mean
Stop the Horse
Bilocating Dog
Mad Passion of the Stoic
Phil the Fiddler

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals