"Emprisonnons Vic Chesnutt !"

19/09/2009, par Julian Flacelière | Edito |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Nous défendons Vic Chesnutt depuis maintenant de nombreuses années, et ce n'est pas avec l'imminente sortie de son admirable nouvel album, "At The Cut", que la tendance risque de s'inverser. Pourtant, certains imbéciles le trouveront probablement trop grave, appliqué et, attention gros mot, démoralisant. Eh oui, Chesnutt y parle de la mort dans presque chaque chanson ! Comme à POPNews, nous sommes pour la pluralité des opinions, laissons un de ses détracteurs faire oeuvre de prévention : "Surtout ne téléchargez pas ce produit neurasthénique qui, à coup sûr, plongera notre jeunesse dans la spirale de l'échec. L'heure est à la légèreté, nom d'un chien : la reprise de l'économie est enclenchée, Vampire Weekend s'apprête à nous envoyer une jolie carte postale d'Hawaï et Mika prépare sa nouvelle révolution fluo qui, à coup sûr, fera passer Sliimy pour l'austère kappelmeister d'un domaine prussien. Est-ce vraiment le moment de nous chanter des choses telles que "we wrench around, dumbfounded at our wretchedness, hungry as a hunter" ou "I don't need stone altars to help me hedge my bet against the looming blackness" ? M. Chesnutt n'aurait-il aucun sens civique ? Constellation Records ne serait-il pas secrètement financé par les laboratoires Pfizer ? Michael Moore devrait fourrer son nez dans ces douteuses connections, il y découvrirait probablement le grand complot mondial que les mauvaises élites dissimulent au peuple infiniment vertueux. Déprimés de tous les pays, unissez-vous, planquez-vous dans une grotte et arrêtez de nous emmerder ! Ah, une dernière chose, j'ajoute ci-dessous une preuve de mes dires que toute personne honnête jugera à ma suite accablante, mais surtout ne poussez pas le zèle jusqu'à la vérifier. Il en va de votre bonheur !"




les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews