The Walkmen - A Hundred Miles Off

25/09/2006, par Christophe Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE WALKMEN - A Hundred Miles Off
(Talitres / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

THE WALKMEN - A Hunder Miles OffImpossible de ne pas y penser : dès le premier mot, dès la première syllabe, lorsque Hamilton Leithauser entonne "Louisiana", on pense au "Louis the King" du "Highway 61 Revisited" de Dylan. Dès lors, ce troisième opus des Walkmen, après "Everyone Who Pretended to Like Me Is Gone" et "Bows + Arrows", va raviver en l'auditeur tout un tas de fantasmes musicaux inassouvis, faits d'une part de cette voix mythique - ou d'un clone, peu importe - et de l'autre d'un "backing band" des plus modernes, bien ancré dans les années 2000. Dans la lignée d'un Neil Young accompagné de Nirvana ou de Sonic Youth (plutôt que de Pearl Jam). On réécrit l'histoire : parti du Minnesota, le jeune Hamilton débarque à New York au beau milieu du rigoureux hiver 2000, avec sa guitare en bandoulière et son envie de conquérir le monde ; en première partie d'artistes à peine plus connus que lui, il joue en acoustique dans des bars, jusqu'au jour où il tombe sur quatre types au look incroyable qui jouent un rock furieux, les amplis à fond. Hamilton est séduit par tant d'impertinence et sympathise avec ces quatre types dont les mèches gominées tombent sur les Ray-Ban et dont les blousons de cuir trop courts peinent à protéger du froid new-yorkais. Ils commencent à jouer ensemble malgré les regards réprobateurs des anciens amis du chanteur et, vite repérés, sortent "A Hunder Miles Off". Bien sûr, "Louisiana", le premier titre de l'album, emprunte un peu au folklore tex-mex de Calexico, mais c'est pour commencer en douceur un album qui restera le pied rivé au plancher : difficile de rester en selle tellement les guitares, prises sur le vif, ont des soubresauts sauvages. La voix également est continuellement dans le rouge... Dylan ? Oui, mais plutôt le Dylan du milieu des années 70, le Dylan à la voix cramée des lives avec le Band ou à Budokan (ce dernier concert étant trop souvent mésestimé...). Et puis des chansons comme "All Hands and the Cook" ne sont pas loin d'approcher la tension de "Ballad of a Thin Man" ; ou bien cette batterie au triple galop dans "Emma, Get Me a Lemon" ne rappelle-t-elle pas "Series of Dreams" ? En un mot comme en cent, les Walkmen reviennent avec l'album enflammé que l'on n'espère plus de Dylan lui-même et pour cela, on ne peut que leur dire "oh, merci !".

Christophe Dufeu

Louisana
Danny's at the Wedding
Good for You's Good for Me
Emma, Get Me a Lemon
All Hands and the Cook
Lost in Boston
Don't Get Me Down (Come on Over Here)
Tenley-Town
This Job Is Killing Me
Brandy Alexander
Always After You ('Til You Started After Me)
Another One Goes By


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews