Woven Hand - Mosaic

19/04/2007, par Gildas | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

WOVEN HAND - Mosaic
(Glitterhouse / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

WOVEN HAND - Mosaic Revoilà le prédicateur albinos, David Eugene Edwards, et je m'attends au pire. Il a une fois de plus le regard perdu dans les vapeurs mystiques, les muscles tendus par la transe religieuse, la voix tremblante appelant à la prière et à la contrition. Depuis la fin de 16 Horsepower, et l'apparition sur l'avant-scène de ce qui n'était à l'origine qu'un projet parallèle, DEE a ralenti le rythme et gagné en intensité. "Consider the Birds", l'album de 2004, était réussi quoiqu'un peu trop intense pour mes oreilles. "Mosaic" en rajoute une couche et explore toujours plus avant cette ambiance moyenâgeuse de fin du monde annoncée. Les chansons s'enroulent sur des rythmes hypnotiques qui invitent (certains diront forcent) à la contemplation. L'album a été enregistré sous la neige au Colorado, mais c'est dans l'hiver glacé de l'an mil que l'on se retrouve à l'écoute des premiers titres. Les loups affamés rôdent autour de l'église où se sont réunis les villageois épouvantés à l'idée de l'apocalypse qui vient et DEE les invite à se repentir avant de rencontrer leur Dieu vengeur. Le premier testament comme ligne directrice, les chants grégoriens comme inspiration, ça glace le sang.
Des titres comme "Whistling Girl", "Winter Shaker", ou "Dirty Blue" forcent l'admiration par le jusqu'auboutisme de leur forme, violons antiques, percussions métronomiques, crescendo dévot, imprécations à l'encontre des pécheurs, tout y est et il faut bien le reconnaître, ça marche, ça fascine. Un peu comme ces gurus qui se percent de part en part avec des aiguilles, c'est fascinant de dévotion mais on ne passerait pas vingt-quatre heures avec. Et comme le spectacle des gurus, l'écoute des 12 titres de l'album est très rapidement fatigante, épuisante même, si, comme moi, vous n'êtes pas versés dans ce mysticisme lent et insistant. L'ambiance cathédrale, fin du monde et délire médiéval pour gogoth en crise religieuse ne tient pas la distance. En insistant trop lourdement sur ses obsessions, DEE subit une baisse de régime dès le quatrième cantique, et "Mosaic" devient une curiosité gothico-kitsh, écoutable par bribes.

Gildas

Breathing Bull
Winter Shaker
Swedish Purse
Twig
Whistling Girl
Elktooth
Bible and Bird
Dirty Blue
Slota Prow / Full Armour
Truly Golden
Deerskin Doll
Little Raven


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews