Yo La Tengo – There’s a riot going on

12/04/2018, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Yo La Tengo - There's A Riot Going On

On va me dire que je cherche la contradiction. Alors que j’avais mollement aimé l’unanimement encensé "Stuff like that there", dès la première écoute de l’émeutier tranquille, "There’s a riot going on", je pense à d’autres douceurs royales ("Riot on empty street" des Kings of Convenience) et m’empresse d’écrire mon enthousiasme à des oreilles amies mais ne recueille qu’un faible emballement. ”Disque cotonneux”, certes, ”le post-rock 20 ans après”, c’est plus discutable, vu la connaissance musicale aiguë des YLT mais allez… soit. Je suis d’accord avec tout ça mais bon, c’est quand même un chouette putain d’album, non ? J’aime les guitares furieuses et les envolées de soli de Yo La Tengo plus que de raison pour un père de famille de plus de quarante ans, OK, mais ce que j’aime par-dessus tout dans Yo La Tengo, c’est l’esprit de sieste. "There’s a riot going on" est un grand disque de sieste dans la lignée de "And Then Nothing..." ("Out of the pool" !!) et de "Summer Sun", donc du troisième Velvet, donc du meilleur.

Ira a mis son ego de côté, ne s’est autorisé que de petites touches et a ramené Yo La Tengo dans des proportions de chansons classiques (6'56'' pour le plus long, "Here You Are". De la petite bière donc). Le maître mot ici est modestie. Peut-être encore plus que d’habitude.

Des traces de furies furieuses sont présentes comme la basse saturée au fusain-charbon sur "For You Too" mais elles évitent l’outil guitare, véhicule autrefois préféré pour les dérapages bruitistes.

Tout ce que touche Yo La Tengo se transforme en or et tout ce qui touche Yo La Tengo nous fait fondre aussi. "Polynesia#1", relecture d’un titre de 1976 de l’alt-folkeux Michael Hurley, en est la preuve. Il y a du Moe Tucker, période Belle époque là-dedans, avec un zest de slide pour le fun et le surf.

Evidemment, on fond également pour les instrumentaux en apesanteur (avec effets miroir s’il vous plaît) "You Are Here" et "Here You Are", le jazzy "Above the Sound" plein de (contre)basses de James et sur une batterie afrobeat de Georgia, ou le rigolo bossa antica "Esportes Casual" pur jus de Gilberto. Disons que notre trio s’est bien amusé à jouer de ses influences (ce petit doo wop charmant "Out of the Pool") en les diluant dans leur sauce à l’azote et pavots.

Et puis, il y a la perfection, ce petit bijou magique, "What Chance Have I Got", porté par la divine Georgia, époustouflante de tendresse, et là je crois que, grincheux ou pas, tout le monde est d’accord.

Avec l’aide de Johanna D. au pays des aveugles les myopes sont rois.

Acheter sur Amazon
  1. You Are Here
  2. Shades of Blue
  3. She May, She Might
  4. For You Too
  5. Polynesia #1
  6. Dream Dream Away
  7. Shortwave
  8. Above the Sound
  9. Let's Do It Wrong
  10. What Chance Have I Got
  11. Esportes Casual
  12. Forever
  13. Out of the Pool
  14. Here You Are

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews