Avi Buffalo - Interview

07/09/2011, par Matthieu Chauveau | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

A l'occasion de son surprenant concert à la Flèche d'Or en juillet dernier, Avigdor Zahner-Isenberg plus connu sous le nom d'Avi Buffalo nous faisait le plaisir de répondre aux quelques questions que nous nous posions à propos de son incontournable premier album, de la suite qu'il compte y apporter et de sa toute nouvelle formation sur scène. Le sympathique garçon n'est pas avare de mots. Il parle très vite, les yeux fixés sur son grand verre de coca fraichement servi, avec une simplicité et une modestie qui est la marque des grands. Avi a-t-il conscience de tous les espoirs que placent en lui tous les amateurs de pop à guitares en manque cruel de nouveautés un tant soit peu inspirées ? Rien n'est moins sûr tant le sympathique personnage est plus prompt à disserter sur le génie des musiciens qu'il admire (Jim O'Rourke en tête) qu'à mettre en avant son propre génie tant guitaristique que de songwriter.

Avi Buffalo


Es-tu content de la manière dont ton premier album a été reçu par la critique ?
En fait, ça ne compte pas vraiment pour moi... mais pour ce que j'ai entendu, j'étais content que les gens aient l'air de l'apprécier. Après, je n'étais pas forcément heureux en ce qui concerne la manière dont le disque a été reçu. C'était ma première fois dans un vrai studio avec quelqu'un à mes cotés. Donc ça a sonné un peu différent de ce que je voulais faire. Ça a été enregistré avec un son, avec des couleurs très brillantes. J'aurais peut-être préféré quelque chose de plus sombre, comme dans mes premiers home recordings. Dans le prochain disque, on va essayer de faire le pont entre le son hi-fi, professionnel d'un studio et quelque chose de plus sombre, quelque chose qui se rapproche plus du sens que l'on donne à notre musique. Nous ne voulions pas faire un album pour l'été ou un truc du genre quand on a enregistré le premier disque. Ça a donné ça parce qu'on a enregistré avec quelqu'un qui était vraiment dans ce genre de musique.
    
L'album sonne en effet très sunshine pop, très West Coast...
Oui, je n'y suis pas opposé mais ce n'était pas ce que je voulais faire. J'aime beaucoup les chansons de cet album. Je suis fier de ces chansons. Mais tout dépend beaucoup du contexte, d'avec qui tu travailles, de ce qu'on te permet, de la liberté qu'on te donne. C'était une situation très relaxe. L'album tout entier est arrivé un peu comme un accident. On ne voulait même pas vraiment faire un disque au début. On voulait juste se marrer. Puis c'est arrivé à un label, puis il y a eu une tournée... donc c'était assez inattendu. Et on était vraiment jeunes à l'époque. Mais maintenant, on a plus de recul. On a eu plus de temps pour savoir où on veut aller. Les chansons sont nouvelles. Dans le premier album, les chansons étaient pour la plupart déjà anciennes quand on les a enregistrées. Ça faisait déjà 3 ans qu'elles existaient. Alors que les nouvelles que l'on va enregistrer n'ont qu'un an ou moins.
    
Les sessions du premier album ont commencé quand ?
Il y a presque 3 ans. On a commencé à enregistrer avec mon ami Aaron Embry. C'est un pianiste incroyable qui a enregistré avec Elliott Smith, Jane's Addiction, Willie Nelson, Emmylou Harris. C'est quelqu'un de super, un très bon ami qui m'a appris plein de choses. On a enregistré dans sa maison. Il a un très bon studio.

L'enregistrement a donc été plutôt long ?
Oui, ça a pris pas mal de temps. Et Aaron a eu un enfant au milieu de l'enregistrement donc on a fait un break à cause de ça et aussi parce qu'on a commencé à avoir des propositions de label. La presse s'intéressait à nous. On a dû faire plus de concerts. On a beaucoup bossé sur les concerts puis on est revenu terminer l'album, les quatre derniers titres, en quatre jours, uniquement avec des prises live. Un première partie de l'album a donc été enregistrée d'une manière très longue avec plein d'overdubs et l'autre d'une manière beaucoup moins réfléchie.

Les compositions plus sombres, c'était donc avant l'enregistrement de l'album ?
 Oui. Et on a des versions plus anciennes des chansons de l'album comme "Truth Sets In". Il y a une version démo de cette chanson. C'est toujours la même idée mais l'atmosphère est beaucoup plus naturelle. La première version a été enregistrée à la maison avec des amis sans cette idée de faire quelque chose qui puisse être écoutable par beaucoup de personnes. Juste pour le fun. Plusieurs chansons sont dans ce cas. Elles ont été retravaillées. Il y a aussi des chansons plus vieilles qu'on n'a pas retouchées. Et aussi quelques home recordings qu'on a sorti en bonus tracks. J'aurais aimé qu'elles ne soient pas de simples bonus tracks parce que ce sont mes préférées. En fait, c'est sorti en série limitée donc seulement 200 personnes ont ces chansons. Mais j'aurais aimé que tous le monde les ait. Maintenant, on va essayer d'avoir une empreinte plus forte sur ce qu'on fait, sur la sonorité de l'album.

Tu écoutais quoi quand tu étais plus jeune ?
 Beaucoup de Paul Simon, de Joni Mitchell, de Simon and Garfunkel, de Carole King, de Beatles. Toutes ces choses que mes parents écoutaient. De la pop musique très mélodique et du rock des 60's et 70's. Et de l'avant-garde post classique et new classic comme Penguin Cafe. De la musique contemporaine aussi. Et au collège, je me suis mis au classic rock. J'écoutais Jimi Hendrix et Led Zeppelin. J'ai beaucoup écouté des guitaristes comme Jimmy Page ou Wes Montgomery. Puis John Coltrane, Alice Coltrane, Herbie Hancock et Horace Silver. Et Jim O'Rourke. Beaucoup de Wilco aussi. Je me suis beaucoup intéressé à Nels Cline, le guitariste de Wilco, et à tout ce qu'il a fait. Il est vraiment devenu une de mes références. Maintenant, c'est un bon ami. Et Jim O'Rourke qui a produit "Yankee Hotel Foxtrot" et "A Ghost is Born" est aussi une de mes références absolues. Mais je ne l'ai jamais rencontré. J'espère que ça va se faire un jour ! Il est au Japon maintenant. J'adore tout ce qu'il a produit avec Sonic Youth, avec John Fahey. Il a fait plein de choses différentes : du jazz au post punk ! Jim O'Rourke est vraiment un musicien impressionnant. Il peut tout faire ! C'est à la fois un grand concepteur de musique et un grand interprète. J'aimerais vraiment avoir cette capacité à aller dans différents répertoires. Faire de la musique très élaborée, de la noise, et aussi des pop songs avec plein d'arrangements.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals